Sport et fatigue : apprendre à écouter son corps

sport et fatigue apprendre à s'écouter

On se retrouve aujourd’hui pour parler sport !
Il y a quelque temps j’avais écrit un article pour se motiver quand on a la flemme de s’entraîner.
Cette fois-ci on va prendre le problème dans l’autre sens, on a envie de faire son sport, seulement notre corps lui,réclame du repos, il a besoin de se mettre en OFF un moment pour recharger les batteries.

Cela peut-être pour des raisons de santé ( une carence en fer, un manque de magnésium, une alimentation qui n’est pas adaptée..), parce qu’on ne dort pas assez, parce que le rythme du quotidien est trop intense à suivre pour tout cumuler… bref pour de multiples bonnes raisons qui sont différentes de la flemme !

Ce n’est jamais simple de se voir diminué, moi-même avec mon anémie qui met du temps à partir malgré la cure, je ne peux pas suivre mes entraînements comme je voudrais. Je dois m’écouter, adapter et ne pas trop forcer.
Alors que l’envie de m’entraîner est là je ne peux pas faire ce que je veux et c’est assez frustrant… mais c’est aussi ça être sportif : accepter de ne pas toujours être au top et de relâcher un peu quand c’est nécessaire pour mieux repartir ensuite !

Alors si vous êtes dans ce cas-là, que votre organisme n’arrive plus à suivre, que votre corps ne supporte plus la charge d’entrainement que vous lui imposez, voilà des petits conseils pour bien gérer cette période !

Trouver l’origine du problème

La base vous allez me dire !
Avant même de se demander comment on va gérer cette période niveau sport, il faut savoir d’où vient cette grosse fatigue, ce coup de mou pour s’en occuper correctement.

Si c’est lié à un souci de santé comme une anémie, une carence en fer, en magnésium, que vous aurez diagnostiqué avec une prise de sang, il faudra traiter ça avec des compléments prescrits par le médecin. Et en parallèle , adapter votre pratique sportive : la réduire ou même l’arrêter un temps si vraiment vous avez une grosse anémie, le temps de refaire le stock de globules!

Si c’est lié au quotidien : gérer le boulot, le perso, les aléas de tous les jours … pas de pression ! Oui le sport fait du bien et permet de décharger le cerveau après une grosse journée. Mais si vous êtes déjà complètement KO ce n’est pas la peine d’en rajouter une couche! On décale la séance à plus tard, on essaie de se bloquer un ou deux petits créneaux à soi dans la semaine pour se défouler.
Et si on y arrive on regarde le dimanche soir son planning de la semaine, les impératifs, les rdv… et on place ses séances de sport comme un RDV important pour s’y tenir. Mais pas de rigidité si jamais finalement la journée a été plus longue ou compliquée que prévue et que vous ne vous sentez pas d’y aller le jour J : on décale ! On sera plus en forme pour apprécier après une bonne nuit de sommeil !
Je ne parle pas de la flemme, là on se met un coup de pied aux fesses et on y va ça nous fera la plus grand bien après la séance c’est promis ! Mais je parle de la vraie fatigue, celle qui nécessite de se reposer pour éviter de se blesser.

sport et fatigue apprendre à s'écouter

Adapter sa pratique à sa forme du moment

Oui ça parait évident et pourtant on est parfois borné, à vouloir continuer coûte que coûte à tenir les entrainement en se sachant diminué… juste pour se prouver le contraire ou parce qu’on est accroc^^
STOP ! C’est complètement contre-productif de s’acharner à maintenir le même rythme que pendant des pics de forme alors que le corps n’en est pas capable.
Un seul mot d’ordre : S’ADAPTER !
On ne cherche pas la performance si on veut que notre corps se remette plus vite sur pied.
On peut continuer à faire son sport parce qu’on en a envie et besoin mais avec moins d’intensité, moins longtemps et en prenant en compte ses sensations.
Oui ce n’est pas toujours drôle de revoir ses objectifs du moment à la baisse mais il faut ce qu’il faut !
Pour ma part j’ai laissé un peu de côté les fractionnés qui épuisent et laissent des traces de fatigue trop importantes. J’ai réduis le volume de mes sorties vélo et j’évite le gros dénivelé qui est hyper énergivore, même si c’est le sport que je supporte le mieux.
Pour la natation rien de particulier j’arrive bien à garder le rythme.
Je continue à m’entrainer mais en gardant en tête que je dois éviter de puiser dans les réserves.

Choisir les activités les plus adaptées

Quand on est HS il y a certaines activités qui sont plus « faciles » à pratiquer que d’autres.
Par exemple pour moi en ce moment je subis beaucoup plus pendant une séance de couse à pied que pendant une sortie vélo ou de la natation.
Et lorsque l’on est anémié autant ralentir la course parce que comme je vous l’avais expliqué en détail dans cet article, c’est un sport qui provoquent des pertes en fer plus importantes pour diverses raisons. Je vous laisser relire l’article si ça vous intéresse !
Je privilégie donc les sports portés qui me sont plus accessibles et pour lesquels je vais pouvoir prendre plus de plaisir.
La course à pied étant un sport à impact, on ressent plus la fatigue et les sensations peuvent être assez vite désagréables !
Mais chacun est différent, donc à vous de trouver quels sports vous conviennent le mieux pour cette période.
Se tourner vers des activités douces peut aussi être un bon compromis pour se bouger sans tirer sur la corde : on peut penser au yoga.
Alors je sais que pour beaucoup cela ne remplace pas le reste et je suis d’accord mais ça peut justement être l’occasion de se tester à autre chose puisqu’il est nécessaire de lever le pied!

sport et fatigue apprendre à s'écouter

En profiter pour faire sa coupure annuelle

Il est toujours bon lorsque l’on pratique beaucoup de sport sur l’année de se faire une petite pause/ coupure pour laisser un peu son corps tranquille.
Alors quitte à être dans une phase de moins bien, pourquoi ne pas en profiter pour faire ce break ?
Cela va permettre de récupérer physiquement et mentalement et laisser nos muscles se régénérer.
On en profite pour prendre soin de soi, mieux dormir, faire des étirements, profiter d’autres petits plaisirs et laisser ses baskets dans le placard pendant une petite période.
C’est toujours plus simple de programmer sa coupure, mais autant voir le positif du repos forcé et se dire que ce sera bénéfique pour nous.

Ne pas culpabiliser de moins en faire

C’est un peu la règle numéro 1 : ne pas s’en vouloir !
Oui pendant un temps déterminé les entraînements seront moins intenses, il y aura sûrement des jours où il faudra accepter d’annuler une séance pour cause de grosse fatigue et ce n’est pas grave!
La terre ne va pas s’arrêter de tourner parce que pendant un petit laps de temps tu fais moins de sport !
Nous ne sommes pas des sportifs professionnels, juste des passionnés, alors quand le corps demande un peu de répit il faut lui accorder.
S’accorder un vrai break de plusieurs jours, semaines et parfois nécessaire pour se retaper plutôt que de vouloir continuer à tout prix et ne pas se sentir bien pendant très longtemps.

C’est aussi une bonne façon de revoir notre relation au sport : c’est normal d’être frustré de ne pas pouvoir pratiquer comme on veut quand on a une routine bien installée. Ce qui ne l’est pas c’est de ne pas être capable de ralentir alors qu’il s’agit de notre santé.
On prend du recul, on se refait une petite santé, on prend du temps pour soi et le sport attendra un peu 😊

sport et fatigue apprendre à s'écouter

Laisser un commentaire