Compte-rendu : Le Trail du Lyon Vert

trail du lyon vert

Le trail est encore une discipline toute nouvelle pour moi. Avant la course de dimanche dernier je n’en avais fait que deux sur des petites distances de 13km.
Pour le Trail du Lyon Vert je me suis inscrite sur la distance la plus longue proposée, soit le 19km.
Retour sur cette jolie expérience !

La veille

Le retrait des dossards se fait vraiment pas loin de chez nous alors on y va tranquillement en fin de journée avec Seb. On récupère un énième tot-bag avec deux trois bricoles à l’intérieur et on se dépêche de repartir parce que la pluie tombe en continue depuis le début de l’après-midi !
Le soir je prépare mes affaires et si j’avais un doute sur le choix de mes baskets la météo a décidé pour moi : mes Cascadia seront de sortie !
Je me couche sans savoir si je vais prendre ma musique avec moi pour la course. Autant sur route j’ai du mal à m’en passer autant sur ce genre de course je sais que je vais avoir besoin de faire plus attention au terrain et de ne pas me laisser déconcentrer par la musique. Et puis l’ambiance est souvent plus conviviale donc sans musique c’est quand même plus sympa pour échanger avec les autres.

trail du lyon vert 2016

Jour J

7h30 le réveil sonne, il fait un temps horrible d’automne en puissance mais c’est l’heure du petit déjeuner alors on y pensera plus tard !
Je me suis achetée une barre « flapjack », sur les conseils de Pierre mon entraîneur, avec qui j’ai discuté de mes problèmes de digestion en course. Elle est à base de flocons d’avoine, très digeste et bien adaptée pour les efforts de longue durée. Gustativement c’est vraiment très bon et elle passe plutôt bien ce qui est positif !
Une fois le petit déjeuner englouti il est temps de se rendre sur le lieu de la course.
On retrouve Coraline qui fait aussi le 19 km et le duo Pauline et Pauline du dubndiducrew de Lyon qui va s’aligner sur le 12.

Après un passage furtif aux toilettes, un « échauffement » en groupe, il est l’heure de prendre le départ et j’ai un peu la frousse ! Je ne sais pas du tout si je vais réussir à gérer cette course, c’est un exercice encore nouveau mais en même temps j’ai hâte !
On démarre la course tous les 3 avec Coraline et Seb, tranquillement pour se mettre en jambe. J’ai décidé de ne pas prendre ma musique finalement et ce sera une bonne chose car elle ne me manquera pas pendant ces 19km.
Les trois premiers kilomètres me permettent de me mettre dans ma course et de voir l’état de mes jambes, qui sont un peu tendues mais pas complètement à la ramasse.
Les premiers passages dans la forêt arrivent avec une alternance de montées et de descentes qui rendent le parcours bien ludique comme j’aime !
Au 5e kilomètres on sort des bois pour rejoindre un terrain de foot et là juste avant le premier ravitaillement LA blague : on monte les escaliers des gradins, pour redescendre et remonter et redescendre… ahhh mes cuisses apprécient !
Au ravitaillement je retrouve Coraline et Seb, je prends juste un peu d’eau et on repart pour la suite du parcours.
On enchaîne pas mal de passage single c’est-à-dire qu’on ne peut pas se doubler car il y a juste la place pour une seule personne (oui j’explique parce que moi je ne savais pas ce que ça voulait dire…). Je laisse passer des coureurs, d’autres me laisse passer, en gros c’est une histoire qui roule !
Pour le moment mes chaussures sont sèches, j’ai trouvé à chaque fois un moyen de sauter par-dessus les petites rivières du parcours.

trail du lyon vert 2016

Au 10e kilomètre je profite d’être sur du plat et sur un chemin hors des bois pour manger une pâte de fruit et compenser mon petit coup de mou.
Et hop on repart dans la forêt pour la suite des aventures ! Notre petit groupe de 3 s’est un peu éparpillé, Seb revient régulièrement voir Coraline et moi pour nous motiver, ce qui est cool parce qu’il pourrait se barrer bien loin devant !
Il y a des petits passages surement pas très compliqués pour les habitués mais pour moi c’est parfois périlleux de ne pas glisser ou m’étaler dans les descentes^^
Pour le moment ça se passe plutôt bien et les jambes tiennent le choc.
Je me fais plaisir en courant sur les passages roulants, j’essaie de gérer au mieux les descentes et lorsque je suis trop en galère dans les montées je marche, pour mieux relancer ensuite.

Bientôt le 12e kilomètre mais avant il y a une lonnnguuue montée sur le bitume ce qui est un peu compliqué avec mes baskets, je ne fais pas la fière !
Le ravitaillement est juste à la fin de la montée mais cette fois rien à manger contrairement au 5e kilomètre… un peu bizarre j’aurais fait l’inverse mais bon !
On continue avec une bonne portion à courir dans des chemins bien stabilisés et j’ai un peu peur que le reste de la course se fasse sur cette surface ! Même si ce n’est pas de la route avec les baskets que j’ai ce n’est pas l’idéal et je sens bien que mes jambes sont lourdes.
Mais OUF on retourner dans la forêt et on y restera quasiment jusqu’à la fin de la course.
C’est un peu les montagnes russes, mes jambes commencent à fatiguer et j’essaie de bien rester vigilante j’ai peur de me tordre la cheville avec la fatigue. Il y a des racines un peu partout et des troncs d’arbre à enjamber ce n’est pas le moment de se louper !
J’ai l’impression que mon sac commence à peser une tonne, j’ai chaud et en même temps froid par moment avec le vent et la pluie.
Je reste derrière une fille qui me donne le rythme et je continue à courir sans penser à combien de kilomètre il me reste.
Evidemment j’ai quand même réussi à me tordre un peu la cheville sur une partie accidentée et en pente… forcément!
Les kilomètres passent vite, pas le temps de s’ennuyer sur ce genre de course il faut toujours regarder où on met les pieds !

trail du lyon vert 2016

Ce qui va vraiment me compliquer la fin de la course c’est plutôt…je vous laisse deviner… mon système digestif mais ouiiii toujours lui ! Avec Pierre on a essayé de faire en sorte que ça se passe bien à ce niveau-là mais malgré tout je suis prise de grosses nausées sur les 4 derniers kilomètres… autant vous dire que c’est long ! Apparemment l’option pâte de fruit n’est pas non plus la bonne…
J’ai comme un poids sur l’estomac, j’essaie de ne pas trop focaliser dessus et de continuer à avancer.
Je retrouve Seb qui a fait un petit stop pour m’attendre et il voit bien ma tête plus très fraiche! Comme il me connait il sait très bien que quand je suis comme ça c’est pas la peine d’essayer de m’encourager ou je ne sais quoi, parce que ça m’agace! Du coup il se contente de me donner un peu le rythme sur quelques centaines de mètres et de jeter un petit coup d’œil vers moi de temps en temps pour s’assurer que je suis toujours debout^^
Environ 2km avant l’arrivée on retrouve les coureurs du 12km et je tombe sur mon duo de Pauline le hasard fait bien les choses 😉
Une dernière rivière à passer, cette fois-ci pas le choix on doit clairement mettre les pieds dans l’eau et accepter de faire les derniers kilomètres en mode trempé de la chaussette^^
C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai commencé à me faire deux belles ampoules : eau + frottement le combo parfait !

Plus que 2km, je prends sur moi mais j’ai presque envie de m’arrêter dans un coin pour vomir entre deux arbres tellement la sensation est gênante… oui c’est glamour je sais mais c’est la réalité aussi nous ne sommes pas des princesses !
Je n’ai pas envie de lâcher maintenant il me reste trop peu à faire alors j’essaie de bien respirer, de penser à autre chose et d’avancer. Tant que je cours normalement ça devrait rester à sa place^^

Plus que 500m et là on doit s’arrêter un peu pour laisser passer le train comme on traverse une voie ferrée… oui oui ^^
La ligne d’arrivée est juste devant, je mets un petit coup d’accélérateur et je termine ce trail en 1h58 et 57 secondes, 132e au classement, 22e féminine et 12e de ma catégorie. Je n’avais aucun objectif temps du coup je suis plutôt satisfaite !

trail du lyon vert 2016

Je me pose un peu le temps de faire passer mes nausées, qui reviennent de plus belle quand je bois un verre de sirop au ravitaillement, oh joie ! Mais finalement pas d’accident notons le bien !
On papote un peu avec les filles et on se dépêche quand même tous de rentrer parce qu’il pleut, il fait froid, nos pieds sont trempés et nous n’avons qu’une envie : douche/pyjama et canapé !

trail du lyon vert 2016

J’ai vraiment apprécié cette course, bien organisée, des bénévoles au top, un parcours sympa pour quelqu’un comme moi qui débute dans la course nature, trail.
J’aime toujours autant la bonne ambiance et l’entraide entre coureurs dans ce genre de course que je ne retrouve pas forcément sur route. Le terrain change souvent, il faut rester concentré, les kilomètres s’enchainent sans vraiment s’en rendre compte et le chrono n’a plus vraiment la même importance.
L’effort est vraiment différent, c’est fatiguant, les jambes sont bien cassées par l’alternance de montée/descente, terrain accidenté… mais à la fin c’est tellement plaisant de se dire qu’on l’a fait !
Cette course m’a donné envie de penser vraiment plus sérieusement à faire des trails, que ce soit dans mes sorties du week-end ou en course officielle. J’aimerais bien dans mes objectifs futurs tenter une course en montagne par exemple.

Si vous voulez vous faire une idée de ce que peut donner une course nature, un trail n’hésitez pas à vous inscrire !

Vous avez participé au trail du Lyon Vert ? Vous en avez pensé quoi ?
Et le trail c’est quelque chose qui vous tente ou que vous pratiquez déjà ?

2 Commentaires

  1. J ai décidé de le zapper ce trail mais ce sont les lieux oú j ai commencé à courir dans le Lyonnais. Je me demande si c’etait possible de calculer les heures de depart de course pour éviter au max les 2 passages du tramtrain pour reduire l attente… ça me rappelle le lycée Blaise Pascal. C’est dommage pour le côté digestif, tu vas surement trouver la solution. En fait le CR m’a donné envie de le faire car je suis un peu nostalgique de cette région. … Rien à faire… les « single » j’aime pas ça. Bonne semaine.

    1. Oui le train c’était comique lol pour la digestion j’espère trouver vite parce que c’est vraiment chiant!

Laisser un commentaire