Compte rendu du trail du Galop Romain

Dimanche 1er mai avait lieu la 20e édition du Galop Romain à Villette-de-Vienne, petit village près de Lyon que personne ne connait sauf ceux qui viennent pour la course.
Le Galop Romain c’est une course nature de type trail sur 13km plutôt chouette que je fais depuis deux ans avec Seb et 2 copains et qui se termine toujours autour d’un bon repas !

Tout comme l’année dernière la météo annoncée ne fait pas rêver mais on espère toujours se lever dimanche matin sous le soleil…
7h le réveil sonne, j’ai des courbatures de partout à cause de mon challenge sportif de la veille et en ouvrant le volet je vois de la pluie, du vent, de la pluie, du vent… youpiiiiiiii
J’ai quand même eu un grand moment d’hésitation avant de me préparer parce que ça donnait vraiment mais vraiment pas envie !
Comme en plus je n’ai pas les bonnes chaussures de trail et que le parcours va être hyper boueux avec ce temps je me demande si ça vaut vraiment le coup… Surtout qu’on doit s’inscrire sur place alors je peux encore décider de plonger sous ma couette !
Finalement je me motive parce que je sais qu’on va quand même passer un bon moment malgré la météo.

Retrait des dossards Trail Villette de Vienne

On arrive un peu en avance pour s’inscrire, on récupère une petite serviette de sport en guise de cadeau ce qui est plutôt cool ça change et on va se placer sur la ligne de départ.

9h tapante le départ est donné ! Nous sommes peu nombreux même pas 200 coureurs c’est donc super fluide.

Départ Trail Villette de Vienne
Le 1er kilomètre commence en douceur avec uniquement de la route, pour se mettre en jambe. Et dès le 2e kilomètre il est temps d’activer un peu les muscles avec une première petite montée dans un sentier bien caillouteux. Jusque-là tout va bien le sol ne glisse pas trop et mes baskets font encore le job… mais ça ne durera pas longtemps !
Droit devant moi j’aperçois la première descente sur une grosse zone d’herbe qui promet de belles glissades ! Je me concentre, j’essaie d’éviter les trous cachés par l’herbe, je zigzague pour chercher le coin le moins glissant, et j’arrive en bas sans tomber OUF !
C’est maintenant le moment de rejoindre la forêt et d’entamer la partie bien montante du parcours.
Je ne fais pas trop attention au dénivelé tellement je suis concentrée pour ne pas tomber la tête la première dans la boue.
J’essaie de prendre appui sur les petits morceaux de branches au sol pour avoir une accroche et relancer ma foulée mais c’est bien compliqué ! Je glisse, mon pied dérape, je patine comme une voiture avec des pneus lisses sur une route enneigée, impossible d’accélérer !
Si l’année dernière mes baskets géraient plutôt bien le terrain boueux de cette course, cette année on est passé au level supérieur niveau boue et même les coureurs équipés de chaussures de trail sont en galère, alors moi… ! Mais je m’en doutais maintenant j’assume et je vais au bout en mode semelle lisse !
Après une bonne montée, c’est l’heure d’une petite descente qui doit normalement permettre de prendre de la vitesse… oui mais pas aujourd’hui ! L’objectif est plutôt d’arriver en bas sur ces deux jambes sans passer par la case vol plané et atterrissage fesses dans la boue.
Je coupe ma musique pour rester bien concentrée sur le chemin et j’avance petit à petit, je ne vois même plus mes chaussures tellement je suis couverte de boue jusqu’au mollet (effet thalasso assuré).
Je me fais doubler par des coureurs bien équipés qui sont du coup nettement plus à l’aise que moi dans cette partie de course ! Mais je continue mon petit bonhomme de chemin et nous sortons du bois pour une toute petite portion de route où j’en profite pour taper mes chaussures qui pèsent une tonne ! Il y a un vent de fou qui me fait presque reculer mais j’arrive à doubler quelques personnes qui me sont passées devant dans la forêt, autant que j’en profite ils me doubleront de nouveau dans peu de temps !

Désolée pour la qualité la meteo n'était pas de notre côté ^^
Désolée pour la qualité la meteo n’était pas de notre côté ^^

Retour dans la forêt après un petit passage bien sympa dans un chemin d’herbe, ou plutôt d’eau et de boue avec quelques brins d’herbe qui dépassent histoire de rappeler qu’à la base c’était une prairie quoi !
Et c’est parti pour la dernière portion toute en montée avant le ravitaillement. Je cours autant que possible et je marche en faisant de grandes enjambées lorsque la côte cumulée à la boue m’empêche de faire mieux.
Je remercie vraiment les bénévoles qui ont eu la bonne idée de mettre un peu de paille sur une des zones ultra glissante sans quoi je pense que j’y serais encore ! Foutu pour foutu je pose mes mains dans la boue pour me donner de l’élan dans la montée et ça m’aide plutôt bien finalement.
Et là je remercie de nouveau les bénévoles pour la corde placée entre deux arbres qui était juste super pratique, voir indispensable pour continuer à avancer.

Encore un petit effort et le ravitaillement arrive, je bois un petit coup, je prends un sucre et hop je repars et j’en profite pour prendre un peu de vitesse (enfin vitesse tout est relatif vu que j’avance à peine à cause du vent) sur cette portion de route sans difficulté… et sans boue !!
Il reste 5 km à parcourir dont environ 2 dans la forêt et en descente s’il vous plait, ça va encore être un grand moment !
Je bloque quelques secondes devant la descente en me demandant quelle est la meilleure façon de l’appréhender pour arriver en bas sans faire un roulé boulé ! Et puis j’arrête de réfléchir parce que clairement il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution, il faut se lancer !
Je fais de grandes enjambées en visant les endroits avec un peu d’herbe ou de branches pour accrocher mon pied, je marche quand c’est trop compliqué mais je fais surtout comme je peux sans contrôler grand-chose parce que tout va très vite ! Je ne sais pas par quel miracle, mais je suis arrivée en bas debout, transformée en bonhomme de boue, mais debout !
Le reste du parcours est plus cool avec une partie de route légèrement en montée, un passage dans un champ mais bien plus praticable que la forêt pour la mal-chaussée que je suis, et enfin les derniers 500 mètres dans le village avant de franchir la ligne d’arrivée en 1h16.

Souvenir du Trail de Villette de Vienne

Ici pas de médaille mais un petit brin de muguet pour le 1er mai ^^
Je ne suis pas contente de mon temps mais vu les conditions et mon équipement c’était un peu prévisible !
Même si j’ai râlé pendant la course lorsque je faisais du sur place dans les montées glissantes je me suis beaucoup amusée, l’ambiance était top, les bénévoles étaient à fond pour nous encourager malgré le mauvais temps.
Je reviendrai l’année prochaine avec grand plaisir en espérant que le soleil montre le bout de son nez et avec de bonnes chaussures cette fois !

En tout cas j’ai vraiment envie de m’inscrire plus sérieusement à d’autres trails car j’aime beaucoup l’ambiance et je m’amuse plus que pendant les courses sur route!

One Reply to “Compte rendu du trail du Galop Romain”

  1. Bravo, ce n’est pas aussi facile de se mettre hors de votre lit surtout avec une telle météo ! Vous n’avez pas besoin de médaille, franchement le fait de franchir la ligne d’arrivée est en lui un accomplissement en plus de l’ambiance qu’il y avait j’imaginé
    Votre endurance a du mérite ainsi que celle des autres participants !
    Si je peux vous conseiller des boissons sportives : 5 électrolytes qui vous apportent les 5 électrolytes principaux (Sodium, Chlorure, Potassium, Magnésium et Calcium) ça vous aideront peut-être à garder votre corps bien hydraté

Laisser un commentaire