Compte-rendu : mon premier triathlon M à Nevers Magny-Cours

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Dimanche 13 août, c’est LE jour pour lequel je me prépare depuis plusieurs semaines : mon premier triathlon M! Après deux participations sur des formats S à Villerest et au Lac du Bouchet il était temps de passer au niveau supérieur!
Mais je n’avais pas imaginé qu’il commencerait avec une énorme contracture au dos qui me cloue au lit et me fait mal à pleurer.
Seb me dit de me calmer, que c’est le stress et que si je me détend ça va partir… sauf que ça fait hyper mal et que je suis déjà en train de m’imaginer annuler ma course!
Je prends le temps qu’il faut pour souffler, j’essaie de me rendormir un peu, de masser avec du décontractant musculaire et au bout d’une heure ça commence à aller mieux.

Je me suis entraînée dure avec Margot pour ce jour spécial et ce n’est pas ce contre-temps qui va m’empêcher d’aller en découdre avec mon premier triathlon olympique à Nevers!

Quelques heures avant le triathlon…

On arrive sur place beaucoup trop tôt mais je voulais avoir le temps de me préparer sans me presser. Et puis à 13h il y a le départ du format S et je suis super contente de pouvoir y assister! Ca me mets dans le bain et me fait monter la pression aussi ^^

Je vais récupérer mon dossard, coller mes nombreuses étiquettes avec mon numéro sur le casque, le vélo.
Je fais des petits tas avec mes affaires pour la transition 1 et la transition 2, on vérifie les pneus, je grignote, je bois bien, je revérifie mes affaires de transition… il y a beaucoup de petites choses à penser et je n’ai pas encore l’habitude !

1h avant le départ on va déposer notre vélo avec Margot, les arbitres vérifient le casque, le vélo et on nous marque le numéro de notre dossard sur le jambe et le bras.

30′ avant le départ je passe récupérer ma combinaison louée pour la natation.
Et là c’est un grand moment, j’enfile pour la première fois cette tenue si sexy! Il fait chaud, je transpire à fond, j’ai l’impression d’étouffer. Bref je me sens comme une tranche de jambon enveloppé dans du film étirable de cuisine !

Mais pas le temps de se poser de question, c’est l’heure du debrief et le départ est dans moins de 10’.
Un dernier bisou à Seb et on part plonger dans le grand bain avec Margot.
Je commence à réaliser ce qui va se passer et dans l’eau le stress monte vraiment.
On se lance un dernier regard avec Margot et le départ est donné!

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

En route pour le triathlon

Natation

Il y avait normalement un couloir pour les filles mais en 10 secondes les garçons nous envahissent et je me fais tirer par le bras et les jambes à plusieurs reprises.
Je n’arrive à faire mon crawl, je panique et je n’aime pas ça!
Je décide de faire un peu de brasse le temps de reprendre mes esprits… et finalement je vais rester en brasse pendant une grosse partie des 1500m. Je préfère tenir mon rythme avec cette nage plutôt que m’embrouiller avec le crawl, peu importe la vitesse je veux juste finir cette partie!
Les bouées me semblent tellement loin, à croire que quelqu’un s’amuse à les reculer à mesure que j’avance! C’est pas drôle les gars-là!
Je m’énerve de ne pas réussir à nager correctement parce que la combi est top, elle me fait vraiment flotter tel un pullboy géant.
Mais bon maintenant que je suis là il va bien falloir que j’en sorte de toute façon. J’ai bien pensé à me glisser subtilement dans le bateau qui parcours le chemin mais c’était risqué.

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Mon premier triathlon M de Nevers

Alors oui mentalement ce n’est pas évident de se voir dans les derniers sur cette première épreuve mais je m’en fiche je reste concentrée pour envoyer sur la suite.
Je déconnecte mon cerveau, j’essaie de ne pas trop m’éloigner des bouées… je suis déjà lente si en plus je me rajoute des mètres je suis pas sauvée !
38′ plus tard je sors enfin de l’eau, j’ai laissé pas mal d’énergie et la sensation en courant pour rejoindre mon vélo est étrange.

J’arrive à la zone de transition, Seb est là, ça me rebooste de l’entendre m’encourager. Et il y a aussi la sœur et la maman de Margot qui sont là pour me motiver et ça fait super plaisir!

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Vélo

Je bois un coup, j’enfile mes chaussures, mon dossard, mon casque, je prends de quoi manger et en route pour 40km!
Comme je ne suis pas une pro je ne cours pas pieds-nus, je ne saute pas sur mon vélo en plein vol et je ne commence pas à pédaler en enfilant mes chaussures ! Non, moi je cours en mode bancale à cause des cales sous la semelle, je m’arrête à la ligne de départ, je grimpe sur mon vélo, je clipse un pied et seulement là je commence à m’élancer.
Moins impressionnant ? je vous l’accorde mais chaque chose en son temps^^

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Le parcours est roulant, je me sens bien, les jambes répondent et je me fais plaisir! Je double plusieurs personnes et je dois dire que ça me redonne la hargne pour ne rien lâcher après cette maudite natation! Je veux rattraper un peu de mon énorme retard.
Le moment grisant de cette seconde épreuve? Se retrouver sur le circuit automobile de Nevers Magny-Court et pouvoir rouler à toute allure pendant plus de 4km!
Que du bonheur!
Je mange ( j’ai pris le soin d’ouvrir l’emballage de ma barre avant de la glisser dans ma trifonction, parce que je suis incapable de me lâcher les deux mains en roulant) pour éviter le coup de mou en course à pied. Et je bois beaucoup, d’une parce que je veux éviter la crampe en course à pied et de deux parce que ma barre salée est délicieuse mais elle est sèche ! Ce serait bête de finir étouffée en pleine épreuve de triathlon.
Je m’oblige à garder un bon rythme, Pierre voulait que je fasse un vélo à fond c’est ce que j’essaie de faire au mieux.
Pendant ces 40km je me parle beaucoup et je chante aussi ( non je ne suis pas folle mais faut bien s’occuper!) et je me fais la réflexion que nous sommes très peu de filles, à peine une trentaine pour 250 participants ! Il y a encore du boulot!
Le tracé est super bien indiqué, il y a des bénévoles postés un peu partout.
Et c’est bien confortable de ne pas avoir à hésiter entre deux routes pendant la course.

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

A mi-chemin, je double un mec qui n’a pas du très bien le prendre parce que peu de temps après il met la gomme pour me doubler à son tour et me jeter un petit regard pas des plus sympa… ok ok….toi tu me connais pas ! Je me suis fait un malin plaisir à le doubler un peu plus loin et je ne l’ai plus revu! Non mais!

Sur les 10 derniers kilomètres je ne pense plus à rien, je pédale le plus vite possible, j’avale les kilomètres sans me poser de questions ( ce qui est assez rare pour être souligné..).
Je prends juste soin de mouliner sur le dernier kilomètre pour ne pas avoir trop les jambes en bois en posant le vélo.
J’en termine en 1h24, ce qui me semble pas trop mal pour la cycliste novice que je suis !

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Course à pied

Dernière transition, celle qui va faire mal !
J’arrive en courant à côté de mon vélo, tellement motivée que j’en loupe mon emplacement… C’est Seb qui me dit « stooop c’est là ta place »… mais ce boulet je vous jure !
J’essaie d’être la plus rapide possible, il faudrait que je m’achète des lacets autobloquants pour gagner un peu de temps.

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers
Je me lance et c’est parti pour 10 km en mode jambes lourdes !
Je passe le premier kilomètre en 4’45 avec pourtant l’impression de me trainer et de peser 100 tonnes, très agréable !
Nous avons deux boucles de 5km le long du canal, les lignes droites me semblent interminables et donnent un petit coup au moral.
Je m’arrête à chaque ravitaillement, j’ai constamment soif ( et très envie de faire pipi du coup !) et chaud. Je trottine doucement en buvant mais je ne veux pas m’arrêter, j’ai bien trop peur de ne pas repartir !
Je double pas mal de participants, certains marchent, d’autres s’étirent à cause des crampes, on est tous plutôt dans le dur.
J’entame le second tour, ma moyenne reste correcte et je me dis que si je continue comme ça je peux boucler le 10km en un peu plus de 50’ ce qui serait très bien.
Le soleil tape, il me reste 4 kilomètres mais ça me semble interminable !
Ça commence à devenir compliqué, je chante dans ma tête pour me donner le rythme, je pense à tous mes entrainements pour ne pas lâcher, à Seb qui m’attend, à Pierre qui compte sur moi…
Sur les 3 derniers kilomètres mes problèmes digestifs viennent me rendre visite et l’envie de vomir devient de plus en plus présente… mais pas question de m’arrêter, pas si près du but.
Je respire, je me concentre sur ma course et j’essaie de faire abstraction du reste.
Les spectateurs sont présents tout au long du parcours et c’est franchement appréciable à ce moment-là du triathlon !
Plus qu’un kilomètre, je tente d’accélérer un peu avec ce qu’il me reste sous le pied… c’est-à-dire pas grand-chose !
Les 500 derniers mètres, je vois l’arche d’arrivée au loin, je donne une dernière accélération.
Je n’ai jamais pleuré sur une course, mais là quand j’entends Seb, puis Margot et sa famille et que je réalise que je vais boucler mon premier triathlon M je n’arrive pas à me retenir.
Je passe la ligne d’arrivée en 3h01 avec une partie course à pied en 51’.

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Je suis partagée entre la fatigue, la joie, la douleur et la fierté un petit peu quand même… beaucoup de sentiments qui se mélangent dans ma tête. Mais dans le fond je ne réalise encore pas vraiment ce qu’il se passe, je veux juste boire et m’asseoir !

Je fais un petit passage au ravito et je file rejoindre Margot, on a relevé notre défi ! C’était encore plus fort de pouvoir le partager avec quelqu’un depuis les entrainements jusqu’au jour J.
Sa sœur qui est kiné nous propose un massage des jambes, le bonheur même si ça fait parfois mal c’est efficace ! Merci encore !

Oui j’ai nagé comme un fer à repasser, parce que je ne sais pas encore dompter ma peur de la masse en eau vive. Mais franchement j’ai juste envie de retenir que j’ai pris un plaisir fou sur cette épreuve, que j’ai adoré rouler, courir même dans la douleur.
Me dépasser, aller chercher la fin au mental, passer par des phases de découragement, de hargne, de joie, sentir mes jambes résister grâce aux entrainements.
C’est un sport exigeant mais c’est aussi pour cela que je veux me frotter à lui encore et encore.
En passant du format S au format M, j’ai pris la pleine mesure de ce qu’était le triathlon : un sport complet, difficile mais additif !

Dimanche 13 août j'ai pris le départ de mon premier triathlon format olympique à Nevers

Je sais maintenant que si je veux quelque chose je suis capable de me donner les moyens de l’atteindre.
C’était un de mes défis que je ne pensais pas possible il y a peu de temps et finalement c’est fait. Avec de la passion et surtout du travail on peut réussir, il suffit juste de ne pas griller les étapes et de se laisser le temps de progresser.
Je ne compte pas m’arrêter là, j’ai encore envie de vivre de belles émotions, de les partager, de me lancer de nouveaux challenge et de prendre plaisir à les relever.
J’ai la chance d’avoir un amoureux qui me pousse à faire ce que j’aime, qui m’encourage, me soutien, est présent à chaque événement important pour moi.

Je n’ai rien à prouver à personne, chaque défi je le fais pour moi, pour me sentir vivante, plus forte et surtout pour garder des souvenirs qui resteront dans ma tête tout le temps !

Est-ce que vous avez des objectifs ? des défis ?
Racontez-moi tout et surtout lancez-vous !

Je vous invite à aller voir une chouette vidéo de notre triathlon sur la chaîne youtube de Margot 🙂


Cet article vous a plu?
N’hésitez pas à épingler mon article sur Pinterest

Mon premier triathlon format olympique!

12 Replies to “Compte-rendu : mon premier triathlon M à Nevers Magny-Cours”

  1. Bravo Élise ! Super débriefe, ça donne envie de s’y mettre ! Le triathlon est sur ma liste depuis longtemps, j’ai juste du mal à concilier la gym, la course à pied et ce nouvel objectif. Je ne manquerai pas de te prévenir une fois ma première épreuve terminée, je sens que cet article pourrait être la parfaite amorce !

    1. Merci!
      Ah trop bien oui lances toi et je vais suivre ça avec grand plaisir!

  2. Bravo Élise !
    Pour un premier avec le mal de dos que tu as eu c est tres bien !! Nager en brasse et faire 38mn c est une Belle perf (surtout avec la combi qui te fait flotter …)
    Bientot le prochain ?

    1. Merci Léna!
      Je suis pas fière de la natation mais ça viendra avec le temps je me dis! Oui la combi pour le crawl c’est cool mais pour la brasse c’est la galère enfaite lol
      Je ne sais pas encore si j’en fais un autre avant la fin de la saison ou si je me prépare pour la prochaine 🙂
      Merci de ton petit mot!

  3. Bravo ! Tu enchaînes ^^, c’est très sympa de lire ton cr ça ma permis de découvrir les transitions ! de mon côté c’est vraiment quelquechose qui ne me tente pas du tout parce que je n’aime ni le vélo, ni la natation, et puis la course a pied en ce moment …
    Mais j’espère que mon genou arrêtera de me faire chier et qu’on pourra relancer le redCrewLyon ensemble !

    1. Merciii oui j’ai tellement envie qu’on puisse courir ensemble ça fait vraiment trop longtemps!!
      On peut remplacer la natation par de la couture et la vélo par… huuum une bière?? c’est bien aussi comme triple effort non?

  4. Bravo Élise ,

    Un tempérament passionné à la lecture du CR et avec un tel état d’esprit les progrès ne vont pas attendre ?

    « Avec de la passion et surtout du travail on peut réussir, il suffit juste de ne pas griller les étapes et de se laisser le temps de progresser. »

    1. Merci Jean-Michel !
      Venant de toi ca me fait encore plus plaisir et j’espère que les progrès viendront oui!
      En tout cas je me dis que à force de persévérance ça viendra et tant que j’aime ca je vais pouvoir m’entraîner comme il faut.
      Je viendrai te demander des conseils ^^

  5. Joli cr ! Putain tu me mets encore plus la pression pour samedi du coup ? encore bravo pour ce joli chrono !

    1. Ahah merci! Mais pas de pression hein! Le jour où je prends le départ du triathlon du mont blanc la on en reparle c’est moi qui suis impressionnée!! Je vais te suivre Avec plaisir et je suis sûre que tu vas envoyer!!

  6. Olalalaa j’ai hésité avant de lire ce CR… j’avais peur de me faire peur toute seule ^^!
    En tout cas franchement 38′ avec quasiment que de la brasse c’est impressionnant ! vraiment ! Donc la natation n’est pas tant un point faible je t’assure… et pour le reste vraiment impressionnant.
    J’ai adoré le passage où tu as évoqué la possibilité de glisser « subtilement » dans le bateau ^^!

    Et sinon, cette combi, c’était pas trop galère ? tu n’avais jamais nagé avec ? j’ai entendu plusieurs témoignages qui disent que ça donne une impression très étrange au départ (d’être un peu dans un « étau »…) C’est pas trop difficile à enlever non plus, pour la transition ?

    En tout cas encore bravo… d’autres défis à venir… peut-être :p !

    1. Ahah merci mais c’était pas glorieux^^
      la combi franchement une fois dans l’eau c’est cool,surtout que pour le crawl cmome tu flottes et t’aide à ne pas trop battre des jambes et à mieux glisser donc assez aidant au final!
      Les « bons » triathlètes sont pas contents quand la température de l’eau est trop élevée et qu’ils ne peuvent pas la mettre!
      Et pour l’enlever j’ai eu zéro problème alors que je m’étais jamais entraînée, avec l’eau ça glisse tout seul!

      J’espère aussi d’autres défis proches hein ^^

Laisser un commentaire