Compte rendu du Lyon Urban Trail 2016

Dimanche a eu lieu le Lyon Urban Trail ( essayez de le dire à haute voix c’est compliqué à articuler!) et après avoir tenté la course de nuit il était temps de se frotter à la version diurne.
Cette année en plus des traditionnels 14km, 23km et 35km, une nouvelle distance de 8km a été ajoutée pour rendre la course accessible à encore plus de coureurs.

Veille de la course

Avec Seb nous allons récupérer nos dossards place des Terreaux, comme d’habitude c’est bien organisé et tout va très vite. Ensuite direction le village de la course pour faire un petit tour et aller chercher nos cadeaux : un brassard pour le téléphone, un tour de cou et un T-shirt avec écrit dessus finisher du 36km… ok donc les mecs recyclent les vieux t-shirt de finisher des années précédentes pour nous les filer en cadeau… bon il est sympa mais je n’assume pas trop de le porter en mode j’suis trop une warrior alors que j’ai rien foutu ! J’vais mettre du Tipp-Ex sur le 36 et ce sera réglé !
Bref une fois notre petit tour terminé on rentre reposer nos jambes pour le lendemain !

Jour de la course

Il fait grand soleil, le départ est prévu près de la Place des Terreaux pour 10h, comme d’habitude je ne suis pas en avance,on retrouve les copains du RedCrewLyon et on file se mettre au départ.
Il y a plusieurs vagues pour fluidifier la course et comme nous sommes dans les derniers il faut bien attendre 20-30 minutes avant de franchir la ligne de départ.

départ Lyon Urban Trail 14km

Cette fois c’est parti la course peut commencer et ça démarre fort avec la Montée de la Grande Côte. Je n’en garde pas un très bon souvenir car la dernière fois j’ai eu du mal à la monter… mais cette fois-ci ça passe sans avoir besoin de marcher ce qui m’évite de déprimer dés le départ ! C’est le début les jambes sont encore fraîches !
On se dirige ensuite vers le jardin des Plantes et là petite animation improvisée: le bénévole qui arrête les voitures pour nous laisser passer se fait malmener par des mecs qui ont décidé de faire les rebelles en ne voulant pas s’arrêter… Résultat des coureurs s’arrêtent pour le « défendre » et ça part un peu en vrille. Je vois la scène de loin en me disant qu’il y a quand même des cons sur Terre !
Je continue mon petit bonhomme de chemin jusqu’à la Place Sathonay pour ensuite rejoindre les quais Saint Vincent côté Saône, jusqu’ici c’est plutôt tranquille.

parc des hauteurs rosaire

Et c’est maintenant qu’on rigole avec un enchaînement de deux longs escaliers !
D’abord la Montée des Carmes Déchaussées qui casse bien les jambes et nous amène au second escalier de la Montée Nicolas de Lange. Cet escalier est assez horrible, interminable avec des marches irrégulières !
Je retrouve Coraline au milieu et on papote un peu, de toute façon impossible d’accélérer, on arrive juste à se glisser de temps en temps entre deux coureurs pour gagner un peu de vitesse.
Les mollets sont mis à rude épreuve mais heureusement l’escalier se termine et on retrouve un parcours plus plat jusqu’à un escalier que nous allons descendre une fois le premier petit bouchon passé.
Je ne tente même pas de descendre les marches deux par deux j’ai trop peur de me louper et de faire une chute mémorable !
L’escalier se termine et nous passons à côté de la cathédrale du Vieux Lyon, juste de quoi se dégourdir les jambes avant d’attaquer la Montée du Gourguillon.
Je ne sais pas pourquoi mais je n’aime pas cette montée, je crois que c’est à cause des petits pavés présents tout le long et aussi parce qu’elle est longue tiens !
J’alterne marche et course comme la plupart des coureurs, on a encore du boulot derrière il ne faudrait pas se griller complètement dès maintenant !

vue sur Lyon; lyon urban trail
Nous passons vers le restaurant de Christian Têtedoie qui aurait quand même pu nous faire un petit ravitaillement pour l’occasion !
Petit passage dans les Minimes Théatre Romain, comme pour nous rappeler que Fourvière se rapproche et qu’on va bien rigoler ! La montée est aussi raide que dans mes souvenirs mais la vue une fois en haut vaut bien les jambes qui brûlent… Je dis ça maintenant mais sur le coup j’en avais rien à taper de la vue!

montée de la piste de la sarra
De toute façon pas le temps de se plaindre car la fameuse piste de la Sarra va débarquer et on va bien la sentir passer. Elle est tellement longue et tellement raide que nous sommes presque à quatre pattes pour la monter avec Coraline, mais l’appel du ravitaillement au sommet nous pousse en haut, doucement mais sûrement.
Et quel ravitaillement !! J’aurais dû apporter mon cabas de course ! Du salé, du sucré rien ne manquait, c’était parfait pour nous redonner un coup de boost à la moitié de la course.

Pendant la deuxième moitié de la course on enchaîne des escaliers en montée, en descente, un passage dans le fort de Vaise, dans les Subsistances, le tout en mode ballade du dimanche avec Coraline.
Dans le Parc de Sutter les spectateurs nous encouragent avec la phrase magique « ce sont les derniers escaliers à monter alleezzzz!». Mouai c’est la troisième fois qu’on nous dit ça faudrait pas nous prendre pour des jambons! Mais cette fois-ci c’est vrai, ce sont bien les derniers à gravir.

Plus que 2 km avant la fin, 2 km de parcours roulant pour prendre de la vitesse, dévaler les derniers escaliers et sentir la petite montée d’adrénaline de fin de course.
Petit passage dans l’hôtel de ville juste avant de franchir la ligne d’arrivée avec notre plus beau sourire, notre visage rouge et nos mèches de cheveux collées sur le front par la transpiration pour le plus grand plaisir des photographes !

arrivée hôtel de ville lyon urban trail 14km

Pour la première fois cette année on a même droit à une petite médaille à l’arrivée.
Petit tour au ravitaillement et il est temps de reprendre le métro entre coureurs… ambiance transpiration assurée dans la rame !

médaille LUT 14km

Comme pour l’édition de nuit j’ai beaucoup apprécié cette course qui est une vraie visite touristique des jolis coins de Lyon dans une ambiance sympa.
Je n’ai jamais été en mode chrono pendant ce LUT, je n’avais même pas vraiment l’impression d’être dans une course certainement parce qu’on est obligé de souvent ralentir, s’arrêter dans les bouchons, relancer la machine… ça ne me gêne pas c’est aussi comme ça que je vois cette course, comme une grosse ballade touristique dans Lyon.
Mais je pense que la prochaine fois je me placerai plus en tête de course pour éviter les bouchons et me mettre plus dans une optique de course et moins de ballade, pour changer un peu ^^

Et vous, vous étiez au LUT? Sur quelle distance?

6 Commentaires

  1. Très sympa ce compte rendu ! ça me donne envie de redécouvrir Lyon que j’adore déjà 🙂

    1. merci pour ton passage par ici 🙂

  2. Trop drôle la photo dans la montée, on a l’impression que vous êtes les deux seules à ne pas (trop !) en baver ! J’adore 😉

    1. Haha on fait bien illusion! En vrai j’ai passé la fin de la montée à insulter cette piste de la Sarra lol

      1. Comme je te comprends ^^!

  3. J’avais pas fait attention mais le mec devant nous à l’arrivé on dirait qu’il bombe le torse comme pour arriver plus vite !

Laisser un commentaire