Compte-rendu du semi-marathon Run in Lyon 2015

Commençons ce blog avec mon compte-rendu du Run in Lyon.
J’arrive après la bataille puisque la course avait lieu il y a deux semaines. Mais ce n’est pas si mal votre cerveau a digéré les nombreux autres récits de cette course et vous êtes frais et dispos pour écouter le mien 😉

Le 4 octobre dernier avait donc lieu le Run in Lyon
Cette course c’est un peu le rendez-vous de mes premières fois : mon premier 10km en course officielle en 2013 et mon premier semi-marathon en 2014.
Cette année je me suis alignée de nouveau sur le semi.

Veille de la course

Je me suis blessée au mollet pendant ma dernière sortie longue pile une semaine avant la course… Ma bonne étoile à carrément pas assurée sur le coup!
Après une semaine de rituel glace/ massage arnica/ anti-inflammatoire et repos je tente la sortie de la dernière chance pour savoir si le départ sera possible pour moi le lendemain…
Tout se passe bien même si j’appréhende, je prendrai donc le départ de la course. Et tiens dans tes dents la bonne étoile!
Le soir, comme l’an dernier, je retrouve les copains runners pour la célèbre pasta party de veille de course! On trinque à l’eau, on rigole bien et je repars boostée pour le lendemain!

pasta party de la veille du run in lyon

Jour J

Le départ est donné à 8h30 alors autant dire que le réveil pique un peu. Je prends mon petit dej’, j’enfile ma tenue en mode zombie et on part avec le copain rejoindre les autres fous qui se sont levés à 7h un dimanche matin pour prendre le métro et aller courir.
Population dans le métro : 90% de coureurs et 10% de fêtards qui rentrent se coucher et je me dis que j’irais bien faire pareil tellement mes yeux sont encore collés !

Arrivée sur le village la première chose que je veux faire c’est trouver des toilettes et Coraline (on notera l’ordre de mes priorités…).
Mon départ est prévu à 8h45, il est 8h38 et je suis encore en train d’attendre pour les toilettes. Tant pis je prendrai le sas suivant… 8h45 je suis toujours là … Tant pis je prendrai le sas suivant… 8h50… enfin c’est bon! Je cours rejoindre le sas des 2h car tous les autres sont déjà partis (je pense que vous aurez compris que je n’ai jamais retrouvé Coraline).
Je démarre ma course énervée, contrariée, stressée que mon mollet me lâche, bref je suis dans un monde de joie et de bonne humeur au moment où je passe l’arche de départ!
J’essaie de reprendre mes esprits car j’ai quand même presque 22km à parcourir!

Je passe les premiers 5km à focaliser sur mon mollet, à chercher la moindre tension, douleur qui pourrait arriver… Je n’arrive pas à apprécier ma course je suis super tendue!
Et petit à petit je me sens mieux, je décompresse, je ne suis pas en train de jouer ma vie non plus !

Les kilomètres défilent mais je trouve cette partie le long des quais de Saône super longue et monotone! Rien à admirer à part le bitume, les arbres et les maisons, il y a des coins bien plus jolis dans Lyon quand même.
Pendant cette grande ligne droite mon esprit divague: ‘’Oh elle a de jolies baskets elle !’’,  ‘’Tiens j’ai envie de chocolat’’, ‘’Bon y’a aucune tête connue dans cette foule’’, ‘’Y fait pas chaud quand même’’, ‘’Je m’ennuie un peu là…’’.
Vers le 10e km j’ai un petit coup de mou mais heureusement le ravitaillement arrive. Je prends une orange et un bout de banane (ce que je vais regretter plus tard) et je repars.

Le moment que je redoute le plus arrive au 16e  km : le tunnel de la croix-rousse que j’avais détesté l’année dernière. 1,7 km dans un tube où la chaleur est insupportable, comme si nous étions dans un hammam, le sentiment de bien-être et le maillot de bain en moins!
Dès les premiers mètres avec le changement de température le mélange banane/orange dans mon estomac ne passe pas et j’ai super mal au ventre. Pendant tout le passage sous le tunnel j’ai l’impression d’être ailleurs, j’ai la tête qui tourne, je transpire à fond, j’ai le ventre qui danse la salsa et des nausées bien sympas qui sont venues se joindre à la fête ! C’est carnaval dans mon corps!
J’ai envie d’abandonner et puis je me dis qu’il me reste à peine 3km après ce satané tunnel et que ce n’est pas le moment de baisser les bras je ne suis pas une fillette!!
Finalement la fin du tunnel arrive avec son fatal choc thermique, et bim 10 degrés en moins !
(Note à moi-même : trouver le mec qui décide du parcours pour lui expliquer que le tunnel c’est plus possible je boycott!).

Mais pour le moment il me reste 3km à parcourir, je suis fatiguée, je n’ai plus d’énergie et j’ai envie de manger ma barre aux amandes mais j’ai trop peur de relancer mon mal de ventre.
Je râle toute seule dans ma tête en me disant que c’est bien la peine de faire autant de sport et de se dire sportive si c’est pour être autant en galère sur un semi-marathon (oui je me parle toujours toute seule pendant que je cours, le running qui vide la tête ce n’est pas pour moi^^).
2 km encore… rue de la République j’aperçois Eugénie on discute un petit peu avant que je reparte pour le dernier kilomètre.

C’est le moment parfait pour écouter LA chanson ultra motivante de ma playlist. Je me mets en mode warrior pour finir cette course, motivée par les encouragements de la foule en délire sur la dernière ligne droite !
Oui j’ai envie de vomir, oui j’ai les jambes en chewing-gum, oui je suis vidée de toute énergie et j’ai l’impression que cette ligne d’arrivée ne viendra jamais… Mais je me mets un dernier coup de pied aux fesses et je termine mon deuxième semi-marathon!

Ma trombine à l'arrivée de cette course en demi-teinte

Avec un temps non satisfaisant de 1h58 mais vu les circonstances je n’ai même pas essayé de me fixer un chrono!
J’avance pour aller récupérer ma médaille,  je m’arrête en chemin pour vomir (j’avais dit que j’allais regretter le duo orange/banane), je repars comme si de rien n’était fière et digne, je prends ma médaille, et je vais profiter du ravitaillement de mon entreprise plutôt canon (minis sandwichs, boissons chaudes, viennoiseries et autres joyeusetés.. oui je me la pète un peu du ravitaillement !).

Bilan

Ce semi-marathon a été compliqué du début à la fin mais je suis fière d’avoir tenu bon jusqu’au bout.
Même si je n’ai pas trouvé le parcours transcendant et que définitivement le passage du tunnel me bousille ma course à chaque fois, je cliquerai sûrement sur le bouton «  s’inscrire » pour 2016.
Parce que c’est l’occasion de partager une course avec tous les copains, que c’est la course de mes débuts et que les pâtes de la veille chez Pizza Pino sont toujours super bonnes !

la petite médaille

Vous avez couru le Run In Lyon ? Quelle distance ? et comment c’était ?

12 Replies to “Compte-rendu du semi-marathon Run in Lyon 2015”

  1. Quoi ??? Je passe après les toilettes ?? Mais je suis outrée là, c’est pas cool cocapitaine ^^
    Il faut qu’on fasse une pétition pr faire supprimer le tunnel de la course l’an prochain 😀
    Bienvenue dans le monde des blogs !

  2. Bonjour Élise,
    La curiosité m’a poussé à venir faire un tour sur ton blog . Devant la multitude de blog sur le run que l’on peut trouver sur le net, je ne te caches pas que je m’attendais à du déjà vu ?. Mais non! J’aime beaucoup la façon dont tu as écrit ton 1er billet et j’ai déjà hâte de voir les suivant ?. ? je te suit dans l’aventure!

    1. Merci! Ça me fait très plaisir j’avais justement peur de me noyer dans la masse
      Maintenant j’ai la pression, Ca va être dur de rendre sympa et décalé mes articles nutrition lol mais je me lance le defi!

  3. Mon avis est toujours le même concernant le RIL, je sais pas pourquoi je fais un méchant blocage dessus. Surement parce que de payer 26 à 30 euros pour faire 10 à 22km dans une ville que je connais presque par cœur ne m’enchante pas forcément. Tu ne m’a pas vraiment donné envie de le faire l’an prochain, rien que l’idée du hammam croix roussien me rebute ! Par contre le semi me tente et ça sera mon objectif 2016 ! Vivement le printemps :). Bravo à toi, tu as tenu bon, tu es une warrior !

  4. Pour moi cette année la Run In Lyon m’a permis de courir ma première course officielle après 6 mois de running a mon actif.
    J’ai forcément commencé par le 10km et le seul objectif était de le faire car tout était nouveau et source de stresse pour moi : l’inscription, le retrait des dossard, arriver sur le lieu de départ, gérer la consigne et le passage aux toilettes juste avant la course, trouver mon sas de départ… Bref une vraie bonne débutante avec une appréhension du ridicule : non mais j’ai vraiment pas la tête de quelqu’un qui va finir un 10km!!! Tout le monde va s’en apercevoir et se moquer de moi…
    Aprioris ridicules je sais…
    Donc je suis bien contente de l’avoir fait, j’étais tellement tendue de ne pas réussir à gérer ma course que le tunnel ne m’a même pas plus gênée que ça, j’ai juste sentie qu’on courait dans un Tupperware au moment où j’en suis sortie!!
    Donc pour moi ce sera oui pour la Run In Lyon l’année prochaine!!

  5. Ahah, on n’a pas le même temps mais Presque le meme parcours sur ce semi… 🙂
    Bonne continuation de blogage Elise!

    PS : NoOooooOn je ne suis en pas sur internet au boulot, mais j’ai eu peur d’oublier de venir lire sinon 🙁

  6. Même distance que toi, pas le même temps mais les mêmes impressions sur la longue et interminable fin de course.

  7. Coucou !! Pour ma part j’ai fais les 10 km et c’était ma première course officielle, j’étais super fière de moi !!! Peut être que je tenterai le semi l’année prochaine, mais on verra !! 🙂

    1. C’est super tu peux être fière de toi 🙂

  8. Merci de partager votre expérience.
    Encourager m’a beaucoup
    Je tiens également à participer
    Mais je ne sais pas comment participer.
    Peux tu me dire? Je vous remercie.

    1. pour t’inscrire? il faut le faire pendant la phase d’inscription et le tour est joué ^^

  9. Cette année c est mariage et on enchaine sans pause un dix km dans lyon…. l année derniere pareil… tunnel de m….

Laisser un commentaire