Compte rendu du Lyon Urban Trail By Night 2015

Lyon Urban Trail By Night, 5 mots et tout un programme !

Ce trail urbain qui se déroule sur la rive droite de la Saône, Fourvière et Sainte Foy (pour la plus longue distance) est devenu un incontournable à Lyon et attire de plus en plus de monde avec sa version nocturne.
Je me suis inscrite à cette course en juin dernier pour plusieurs raisons :

  • Parce que j’ai assisté à la course de jour en tant que spectatrice et j’ai trouvé ça chouette
  • Parce que courir la nuit j’adore ça et voir Lyon illuminée depuis les hauteurs c’est un programme alléchant
  • Et aussi parce que j’avais envie de me challenger sur une course composée presque uniquement d’escaliers, de montées bien raides et de descentes tout aussi prometteuses.

J’avais hâte sauf qu’une nouvelle fois Dame la Poisse a décidé de revenir m’embêter un mois avant la course avec une douleur au niveau cuisse / moyen fessier, sortie de nulle part, qui m’empêchait d’aligner plus de 5km sur du plat sans douleur! Bingo Jeannie Longo !
Alors forcément en faire 13 avec du dénivelé, des escaliers et tout le tralala semblait un peu compliqué, voire impossible.
Un rendez-vous chez le médecin du sport et une échographie plus tard… personne ne sait me dire d’où vient ma douleur… Supeeeeer !
Je tente une petite sortie deux jours avant la course et comme je n’ai pas eu spécialement de douleur je me décide à prendre le départ mais en mode marche rapide avec alternance de course si je me sens bien. Pas question de renoncer à ce LUT !

Samedi  7 novembre, le jour J est arrivé. Avec  Seb on part récupérer nos dossards, il fait un temps magnifique, des conditions idéales pour la course de ce soir et inespérées pour un mois de novembre ! Petit tour rapide sur le village situé aux Théâtres Romains de Fourvière et on rentre reposer les gambettes qui vont suffisamment travailler ce soir entre la colline et les 500 mètres de dénivelé positif.

Le départ est prévu à 19h30 pour les 26 km, et 20h15 pour le 13 km.
Seb part se mettre sur la ligne de départ avec les coureurs du 26 km. De mon côté je retrouve mon amie Vanessa avec qui nous avons prévu de faire la course.

7BD83600-0975-4841-BDD4-0687A3707010

L’ambiance est carrément top, les coureurs sont ultra-motivés et toutes ces lampes frontales allumées rendent super bien dans le paysage! Pour ma part j’ai opté pour la lampe Run Light de Kalenji à placer sur le torse en mode Ironman et je l’ai trouvé pas mal du tout.
Juste avant le départ j’espère que ma cuisse ne me posera pas trop de souci et me laissera profiter de cette belle course.
J’ai hésité à me lancer dans des incantations pour m’apporter de la chance mais je me suis ravisée en voyant les 4000 personnes autour de moi.

IMG_1650
GO, le départ est donné, on peut commencer à trottiner, mais pas pour longtemps puisqu’un premier escalier nous attend et les premiers bouchons arrivent !

Dès les premiers kilomètres le ton est donné, on enchaine des marches, des côtés, des petits chemins… J’ai peur que la douleur revienne et je m’impose un tempo très lent pour limiter les risques, de toute façon je n’étais pas là pour penser chrono. Surtout que ma montre GPS m’a lâchée quelques jours plus tôt… le Dieu du running n’est pas avec moi en ce moment je vous le dis!

Au 4e kilomètre pause forcée de 20 minutes pour tout le monde pour cause de bouchon avant d’attaquer les escaliers interminables de la montée de la Sarra. On en profite pour discuter tous ensemble, se dire qu’on a fait 4km en 50 minutes avec tous ces arrêts mais qu’on s’en fiche parce qu’on s’amuse bien, on saute sur place pour ne pas se refroidir et enfin on repart !
On continue avec la pente trèèèèèès inclinée de la piste de la Sarra (descendue sans se tordre la cheville SVP !) et avec  la passerelle des Quatre-Vents qui bougeait au rythme des pas des coureurs. C’était une sensation étrange mais trop cool où j’ai eu l’impression d’avoir des ressorts sous mes baskets et de rebondir à chaque fois que je posais le pied au sol !

BDA2FE85-0CFC-40E8-B09F-3AC3BF8904D5

Au 6.5e km c’est l’heure du ravitaillement. Comme je n’accorde aucune confiance à mon estomac pendant les courses et que j’ai bien mangé avant je me contente de boire  un peu d’eau et je repars.

La course devient un peu plus fluide et comme je me sens bien je décide de me lâcher un peu plus. Je cours lorsque le parcours est plat et dans les montées jusqu’à ce que cela devienne trop difficile et que je sois obligée de passer en mode marche rapide. Je descends  les escaliers à bon rythme en prenant garde de ne pas glisser sur les feuilles et surtout je prends de plus en plus de plaisir sur le parcours.

Les kilomètres défilent et les montées aussi : Montée Nicolas de Lange, Montée Saint- Barthélemy, Montée du Gourguillon, Montée de Choulans, Fourvière… on en prend plein les jambes mais aussi plein les yeux, Lyon la nuit est vraiment magnifique !
Je profite du spectacle et je ne vois pas les derniers kilomètres passés si bien que la fin de la course est déjà proche. Malgré l’heure tardive beaucoup de spectateurs sont présents pour nous motiver et c’est super agréable surtout sur la fin lorsque les jambes n’en peuvent plus !

La balade nocturne se termine dans le Théâtre Antique de Fourvière, lieu juste magnifique pour  passer la ligne d’arrivée.
Je termine cette course très loin de l’objectif temps que je m’étais fixé avant ma blessure mais heureuse parce que j’ai réussi à aller au bout des 13km sans douleurs particulières et c’était bien là mon nouvel objectif.

16BA3ACB-DC1A-4BE2-BB32-A7AF2FF24DB7

Je me dirige vers le ravitaillement et même si je n’ai pas faim, les petits carrés de chocolat me font de l’œil ! Je m’étire un petit peu et je vais me poser avec Vanessa dans un coin pour attendre que Seb termine sa course. C’était la première fois qu’il courait cette distance et avec un beau dénivelé en plus, alors je suis très fière de lui lorsque je le retrouve sur la ligne d’arrivée!

Le contrat est rempli pour tous les deux, alors on retourne vite au métro pour éviter d’attraper froid et clap de fin sur cette belle soirée !

* Ce que l’histoire ne dit pas c’est que j’ai quand même attrapé froid ce soir là et ça fait une semaine que je suis HS avec une grosse bronchite*

Bilan

J’ai adoré courir de nuit, cette sensation d’avoir Lyon pour moi toute seule malgré la foule !
Le parcours est très sympa mais les nombreux bouchons gâchent un petit peu la course. Je pense que des départs différés seraient les bienvenus pour fluidifier un peu tout ça.
Mais les points positifs l’emportent largement sur le négatif et c’est sans hésiter que je referai le LUT version jour ou version nuit l’année prochaine !

P.S : Je n’ai encore clairement pas les automatismes de la bonne bloggeuse et j’ai complètement zappé de prendre de jolies photos pendant la course pour illustrer l’article… Bravo l’artiste !
Donc je dis merci à Vanessa pour les quelques photos qu’elle a bien voulu me donner !

A bientôt !

2 Replies to “Compte rendu du Lyon Urban Trail By Night 2015”

  1. Top que tu n’aies pas eu mal finalement !
    Jolie course pas facile tu as d’autant plus de mérite !
    Bisous !

  2. Yes ! A ton tour de nous conter cette chouette soirée ! Quand je pense qu’on va entrer dans le froid et que je ne suis pas allé courir depuis une semaine… Brrr j’aime pas le froid !!!! Je suis contente que tu ais pu profiter quand même ! Rendez-vous le 28 Elise !

Laisser un commentaire