Compte rendu de course : Semi-marathon Foulée Vénissiane

foulée vénissiane 2016

Au départ je m’étais inscrite sur le 10 km des Foulées de Vénissieux, et puis en discutant avec Pierre (mon entraîneur pour ceux qui ne suivent pas !) on s’est dit (enfin surtout lui…) que ce serait plus pertinent vu ma prépa de partir sur le semi-marathon.
J’ai donc échangé mon dossard et je me suis préparée psychologiquement à courir 21 km dans Vénissieux et ses paysages tellement champêtres… réjouissant programme non ?!
Je savais que normalement j’allais améliorer mon temps sur semi et cela me permettrait de voir où j’en étais pour me fixer mes futurs objectifs 2017.

Une semaine et demi avant la course je me choppe une petite gastro bien sympathique qui me rend complètement amorphe et me met vraiment bien en confiance pour la course qui arrive !
Je me sens toute vidée d’énergie, on envisage même de ne pas prendre le départ de la course si je suis trop KO vu que j’ai encore la Sainté Lyon en relais à assurer après.
Finalement je me décide quand même à le faire mais en oubliant un peu les objectifs temps fixés au départ.

Pendant toute la nuit de la veille de la course j’entends le vent qui souffle comme un malade dehors…je croise les doigts pour que ça se calme le lendemain… huuum loupé! Le vent est toujours aussi violent!
En arrivant sur le lieu de la course avec Seb (qui ne court pas, il vient pour m’encourager dans cette galère^^) j’ai déjà du mal à avancer pendant les bourrasques… je sens qu’on va rigoler.
On est nombreux à faire cette course, je retrouve Clémence, Kelly, Chacha, Carole, Thierry… et j’en oublie beaucoup pour papoter un peu avant le départ du 10 km qui ne va pas tarder à partir.
Pierre est également venu (avec sa trottinette s’il vous plait!) pour m’encourager sur cette course , je suis contente qu’il soit là et en même temps ça met un peu la pression !

foulée vénissiane 2016

Le 10 km part avant le semi, j’en profite donc pour aller voir le départ des copains et des élites car cette course est qualificative pour les championnats de France.
C’est impressionnant à voir, un calme absolu, tous près à démarrer au coup de pistolet, la main sur la montre en position pour s’élancer… et PAF le départ est donné à 9h tapante, ils passent à côté de nous à vitesse grand V !

Bientôt mon tour… je vais m’échauffer un peu et je me place sur la ligne de départ.
Le vent souffle toujours comme une dingue, je sens déjà que cette course va être compliquée!

Les 4 premiers kilomètres se passent bien, je trouve un rythme qui me convient et le vent ne me gêne encore pas trop. On arrive dans le parc de Parilly, j’aperçois Seb et Pierre et fais signe que tout va bien… pour le moment tout du moins.
Je prends un petit verre d’eau au 5e kilomètre et continue mon chemin, le vent commence à vraiment souffler et je le sens je dois forcer plus pour garder la même allure mais pour le moment ça passe donc je continue.
J’entame une partie que j’ai détesté, un aller-retour interminable avec en bonus sur le retour un vent de face juste horrible. Je me retrouve limite à faire du sur place, on essaie de se motiver entre coureurs puisqu’on se croise pendant cet aller-retour séparé par des barrières.
Je commence à me sentir fatiguée, super je suis seulement à 10 km on est bien… Pierre me récupère pour faire un petit bout avec moi en trottinette. Il me conseille de me rattacher à des coureurs pour ne pas trop subir la course et ne pas me retrouver seule.
Je quitte le parc, je me sens pas franchement au top, la fatigue est arrivée d’un seul coup comme si je payais les efforts contre le vent depuis le début. Je mange un morceau de sucre pour tenter de me donner un peu d’énergie.

foulée vénissiane 2016

On entame la deuxième boucle du parcours, et savoir que je vais devoir me taper de nouveau l’aller-retour dans le parc me démotive !
Je n’arrive pas à m’accrocher à un groupe, soit c’est trop rapide pour moi ou trop lent et je vais être dans cette situation jusqu’à la fin de la course. Je regarde ma montre et je vois que mon rythme diminue de plus en plus mais impossible d’accélérer.
Après un petit moment d’accalmie le vent revient en force et la longue ligne droite avant d’arriver au parc me semble interminable, je n’avance pas, je me demande ce que je fais là.
Je me retrouve de nouveau dans Parilly, je fais signe à Seb que ce n’est pas la grande forme, il me dit deux trois trucs pour ne pas que je lâche l’affaire et Pierre décide de faire un bon bout de chemin avec moi dans le parc.
15e kilomètre je suis au bout de la roulette ! Pierre me parle, il essaie de me changer les idées, me dit d’arrêter de regarder ma montre et de courir à la sensation… On ne pourra pas faire un temps et c’est normal les conditions ne sont pas réunies pour. J’ai un peu du mal à l’accepter mais j’évite d’y penser pour continuer à mettre un pied devant l’autre et ne pas abandonner.

foulée vénissiane 2016
L’aller-retour que je déteste arrive, il me laisse faire cette portion pour me récupérer ensuite.
C’est tellement long, j’arrive à peine à décoller mes pieds du sol, mes mollets sont douloureux et j’ai envie de vomir… ça faisait longtemps !
J’ai l’impression que le demi-tour de cette foutue ligne droite n’arrivera jamais, c’est looooooooong. Je suis contente quand je vois enfin la barrière qui indique le demi-tour mais je déchante vite parce que toute la partie pour revenir se fait avec un vent de face juste trop fort ! Cette course n’est pas pour les runneurs à perruque!
En vrai j’ai presque envie de pleurer tellement je suis mal… je croise Thierry qui me booste et ensuite Chacha pour qui la course aussi est compliquée.
Je retrouve Pierre je lui dis que j’en peux plus, que j’ai envie de vomir, que j’avance plus c’est juste pas possible. Il me dit que c’est presque la fin il me manque 2 kilomètres et c’est bon alors on serre les dents.
Avant de sortir du parc j’ai vraiment trop l’estomac retourné, je suis obligée de m’arrêter quelques secondes sur le bord.

foulée vénissiane 2016
Voyez comme je suis au bout du rouleau à 500 mètres de la fin^^

Plus qu’un kilomètre…un seul petit kilomètre… purée j’ai hâte qu’elle se termine cette course ! Seb m’attend un peu avant la fin, à ce moment-là je pense que ma tête doit faire pitié !
Je vois l’arche au loin, enfin, et j’aimerais bien accélérer comme je fais habituellement mais ce n’est juste pas possible ! Qui a collé mes pieds sur le sol ???
Ma seule préoccupation si proche de la fin est : est-ce que je vais réussir à franchir la ligne d’arrivée sans vomir avant… glamour ! La réponse à la question est oui,au moins cet objectif est réussi^^
Je termine cette course en 1H50’58’’, ce qui en fait mon RP sur la distance mais qui est loin de ce que je m’étais fixé.

C’était impossible d’atteindre mon objectif aujourd’hui et au fond je sais que je m’en suis pas si mal sortie par rapport aux conditions … mais j’étais tellement mal pendant la deuxième partie de cette course que je n’arrive pas à être contente de moi.
En tout cas je me suis bien rendue compte de l’importance d’avoir du soutien quand c’est la loose sur une course ! Que ce soit des encouragements entre coureurs car nous sommes tous dans la même galère, des copains sur le bord de la route ou de Seb qui sait exactement quand ça ne va pas et que j’ai besoin d’un coup de boost.
Et c’était très chouette aussi d’avoir Pierre à mes côtés pour cette course, même si au fond j’aurais aimé qu’il me voit dans un meilleur jour …Il a eu les mots justes pour me pousser au bout sans me mettre la pression et a même tenté deux trois blagues mais je n’étais pas très réceptive^^ On aura au moins pu inaugurer le Trot’&Run et je sens que cette discipline a de l’avenir !

foulée vénissiane 2016

Vénissieux l’année prochaine pour le 10 km pourquoi pas mais le semi NON !
Même si c’est hyper roulant pour les chronos, c’est difficile de prendre du plaisir dans une course avec deux fois la même boucle et pour le paysage on s’en doutait ce n’est pas très fun !
Cette course me servira d’expérience pour la suite, on ne peut pas réussir chaque objectif à chaque fois sinon où serait le challenge?
Maintenant que j’ai digéré je suis motivée pour progresser encore et reprendre le chemin de l’entrainement pour les prochains objectifs 🙂

Et vous, vous étiez aussi à Vénissieux ? Vous en avez pensé quoi ?

6 Commentaires

  1. Mon dieu quelle galère!! tu as été bien courageuse, bravo!
    La veille de Vénissieux j’étais sur le 12 km du Marathon du Beaujolais, c’était super sympa, si tu ne l’as jamais fait, je te conseille cette course.

    1. tout le monde me dit du bien des courses du Beaujolais je vais me laisser tenter!

  2. Je m étais dis la même chose l’année dernière à propos du semi et j’ai re-morfler en le faisant 😂 je ferai sans doute le 5 km et la course des générations avec petite l’année prochaine. C’était plaisant de tous se voir et de s’encourager. D’ailleurs merci à Sébastien qui a encouragé tout le monde. Bravo pour ton rp. L’année prochaine il descendra encore.

    1. ce sera chouette de faire la course des générations! je passe le merci à seb 🙂

  3. Mais top ce CR . Je crois que cette course ne restera pas un très bon souvenir pour nous tous a part pour nos encouragements et notre soutien sans faille .

    1. OUi je crois que c’était pas la course de l’année en effet^^ mais au moins on en ressort plus fortes 🙂 a bientôt fusée 🙂

Laisser un commentaire