Compte rendu de course : les foulées de Chasse sur Rhône

Foulées de chasse sur rhone 2017

Hello,
C’est la reprise, le retour des dossards le dimanche matin, la saison 2017 est lancée!
Pour ma première course de l’année je me suis inscrite sur le 10 km des Foulées de Chasse sur Rhône.
Une petite course avec peu de participants, à 30 minutes de Lyon, sans objectif, juste pour se remettre dans le bain.

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas mis le réveil aussi tôt un dimanche matin… et ça se voyait^^
6h30 je sors péniblement du lit pour aller petit déjeuner, il fait froid et ma couette était terriblement confortable!
Mais je suis quand même contente de retrouver ce petit rituel du dimanche matin et de reprendre le chemin des compétitions.
La température annoncée est de -7 degrés et pas un rayon de soleil pour réchauffer l’atmosphère… je m’équipe donc pour souffrir le moins possible du froid : legging épais, chaussettes chaudes, double couche thermique/ isolante, tour de cou, gants, bandeau… on est pas mal !
8h45 on arrive au gymnase pour récupérer les dossards et punaise qu’est-ce qu’il fait froid !! Même bien équipée je ressens vraiment le froid qui me glace et mes doigts qui brûlent à travers les gants.


Foulées de chasse sur rhone 2017

Foulées de chasse sur rhone 2017

Foulées de chasse sur rhone 2017

On se place au départ qui sera donné sur la piste d’athlétisme à 9h30. Je me mets en plein milieu de la foule pour prendre de la chaleur et j’ai hâte de démarrer pour me réchauffer!
GOO c’est parti pour 10 km sur un parcours que je ne connais pas du tout, je sais juste qu’une grosse montée de presque 2 km nous attend peu après le départ.

Je démarre tranquillement, je sens que mes muscles sont raides et je préfère me laisser le premier kilomètre pour rentrer dans ma course. Le parcours est roulant ça tombe bien c’est parfait pour se mettre en jambe.
Je me sens un peu plus réveillée et on entame une longue descente, ce genre de descente où tu sens que tu ne contrôle pas grand-chose et que tes jambes font un peu ce qu’elles veulent! Je me laisse porter, de toute façon je n’ai pas trop le choix, je descends vite, sûrement trop vite vu ce qui nous attend derrière… mais je n’ai pas envie de réfléchir j’y vais et on verra bien.
Maintenant qu’on a bien rigolé il est temps de passer aux choses sérieuses : la montée des Etournelles, environ 2 km de grimpette bien costaud !
J’essaie d’y aller doucement mais surement parce que je sens que ça va être long. J’ai un peu de mal à caler ma respiration, à cause du froid les poumons brûlent et ce n’est pas hyper agréable ! Mon rythme dégringole je suis à 6’ au kilomètre mais impossible de faire mieux la montée est trop abrupte. Je sais que j’aurai le temps de relancer après donc je tente de sauver les meubles et j’avance en essayant d’oublier que mes cuisses piquent de plus en plus ! J’ai l’impression que ça ne va jamais finir… mais au moins je n’ai plus froid !

La principale difficulté de ce 10 km terminée, il est temps de remettre un peu de rythme dans cette course!
Je ne m’arrête pas au ravitaillement liquide du 5e km, j’ai bien bu avant et pour une fois que je n’ai pas de problèmes digestifs je ne vais surtout pas tenter le diable sur une si petite distance!
Sur le reste du parcours il y a des petites descentes, des faux plats, un peu de chemin mais surtout du bitume et un tracé qui demande de faire des petites relances.
Je sais que je n’ai aucune change de battre mon chrono aujourd’hui, la montée des Etournelles est trop longue sur une distance courte comme le 10 km pour se rattraper ensuite.
Mais je me sens bien, mes jambes me portent, le souffle est un peu près en place malgré le froid et l’impression que je vais perdre mon nez.
Au 7e km je retrouve Seb qui était devant et qui m’attend sur le bord de la route en papotant avec un bénévole… tranquille le mec !
Les derniers kilomètres ne présentent aucune difficulté c’est le moment de lâcher ce qui me reste pour terminer et voir comment je gère. Avec Seb pour me donner un peu de rythme j’arrive à tenir les 3 derniers kilomètres à une moyenne de 13km/h, ce qui est plutôt une belle progression pour moi.
Les derniers mètres se font sur la piste d’athlétisme, c’est sympa il y a du monde pour nous booster sur la fin de course. J’avais secrètement envie de doubler la fille devant moi mais même en donnant le max impossible elle était trop loin^^

Foulées de chasse sur rhone 2017

Je termine cette course en 49’21 à ma montre 49’30 au classement, rien de fou mais le parcours n’étais pas propice à la performance. Et avec une 14e place féminine et 4e sénior je reste contente pour cette première de l’année : )
J’ai croisé des têtes connues et l’ambiance est toujours sympa sur ces petites courses alors on oublie vite le froid et le levé à 6h30 !

Vous avez repris le chemin des courses officielles vous aussi?

1 Commentaire

  1. Bravo pour ta course !
    Je n’ai pas encore repris mais j’ai hâte 🙂

Laisser un commentaire