Compte-rendu de course : ma première Sainté Lyon en relais à 4

sainté lyon 2016

Je ne me souviens plus à quel moment on a décidé qu’on ferait cette course mythique en relais à 4. Encore une conversation qui n’avait rien à voir au départ et qui s’est terminée avec une inscription pour une course comme d’habitude !
En tout cas le samedi 3 décembre à 23h40 nous étions tous les 4, Clémence, Eva, Benoit et moi au départ de la Sainté Lyon qui restera un souvenir génial !

Avant toute chose… penser à l’organisation et l’équipement !

La Sainté-Lyon en relais nécessite de s’organiser sinon ça peut vite devenir un calvaire.
Il faut aller au départ à Saint-Etienne, puis se rendre au second relais. Le 3e relais n’est pas accessible en voiture donc il y a des navettes pour y aller et en revenir. Il faut également déposer le 4e relayeur et faire en sorte que les autres rentrent sur Lyon.
BREF toute une organisation ! On avait la chance d’avoir Seb qui ne courait pas et qui nous a accompagné tout au long de la course en voiture pour déposer et récupérer les uns les autres.
Et comme on ne fait rien comme tout le monde, Benoit notre 3e relayeur faisait en réalité les 72 km en entier! En plus de son propre relais il allait nous accompagner toutes les 3 sur nos différentes parties.

En plus de la logistique il y a toute la partie équipement à ne pas négliger. On court en décembre, la nuit donc mieux vaut être bien équipé pour profiter de sa course.
J’ai listé tout ce dont j’avais besoin pour ne rien oublier entre les vêtements, l’hydratation, la nourriture, dossard, la frontale… Encore une fois, avoir un copain qui ne court pas et qui peut accompagner tout au long de la course entre les points de relais avec la voiture est très pratique. On peut ainsi laisser des affaires et éviter d’attendre trop dans le froid et ça c’est classe !

Jour de la course

Eva a été chercher nos dossards la veille mais j’avais quand même envie de faire un tour sur le village de la course qui est assez imposant ! Beaucoup de stands différents pour s’équiper, découvrir de nouvelles courses, la cryothérapie, de la nutrition…
Je ne traîne pas trop parce que le soir il faudra courir ! Je me suis levée tôt exprès pour essayer de faire une sieste l’après-midi et être en forme pour la course … Dans la réalité je n’ai jamais pu dormir l’après-midi^^

sainté lyon 2016

sainté lyon 2016

21h30 on passe récupérer Eva et Benoit, puis direction chez Clémence pour récupérer notre dernière relayeuse et go Saint-Etienne !
On arrive sur place un peu moins d’une heure avant le départ, il fait tellement froid !! Même avec les couches de vêtements j’ai trop froid ! On file se réchauffer dans le gymnase en attendant le départ.
23h30 Clémence et Benoit sont dans le SAS prêts à partir, avec Eva et Seb on attend le départ. Il y a une super ambiance, toutes les frontales allumées, la masse de coureur, c’est impressionnant !
Les coureurs sautillent sur place pour rester chaud et nous aussi même si on ne part pas courir maintenant parce qu’on est en train de se transformer en glaçon humain !
Le départ est donné, on laisse Clem et Ben ouvrir cette Sainté sur 16km et de notre côté on file se réchauffer dans la voiture pour rejoindre le premier point de relais à Saint-Christo.

sainté lyon 2016

J’enfile mon habit de lumière, je mange un petit bout et on se place sur la zone de relais pour attendre nos copains.
1h30 du matin c’est à mon tour de partir pour 13km et 370m de D+ avec Benoit.
Si j’ai un peu froid au départ, je me réchauffe assez rapidement avec les nombreuses montées qui se trouvent sur le parcours ! J’ai un peu de mal sur le 1er kilomètre car je suis congelée jet je sens que mon corps est tout drôle de courir en plein milieu de la nuit.
Après un petit passage sur le bitume presque toute ma partie de relais se passe dans les sous-bois donc c’est top ! Mais je reste vigilante car il y a beaucoup de petites pierres qui se détachent du sol, des feuilles qui cachent des trous, des passages boueux et verglacés.
Benoit qui est beaucoup plus rapide que moi, me laisse donner le rythme et c’est confortable de ne pas être seule dans cette course.
J’essaie de marcher le moins possible, il y a juste 2 grosses montées qu’on décide de ne pas attaquer en courant car elles sont longues et bien raides. Et à voir les autres coureurs je pense qu’on est tous d’accord !
Comme la grosse partie du parcours se trouve dans les bois il y a pas mal de moment où on ne peut pas doubler car le chemin est trop étroit. On essaie de se faire un petit passage mais c’est compliqué car on ne peut pas trop sortir du chemin, la visibilité n’est pas terrible et c’est un coup à se tordre la cheville.
Il est plus de 2h du matin et pourtant il y a du public sur le bord de la route qui nous encourage c’est vraiment trop motivant ! On a droit à de la musique et même un feu de camp haha
On arrive au 10e km avec à nouveau une petite portion de route et là c’est patin à glace ! Mes chaussures de trail n’adhèrent pas du tout sur la route, je dérape à chaque foulée. J’essaie de courir là où il y a des petits graviers pour mieux adhérer.
Heureusement cette partie ne dure pas longtemps et on se retrouve vite dans du chemin où je peux enfin me faire plaisir et laisser dérouler mes jambes !
Depuis 2,3 km je me traine une ampoule sur l’intérieur du pied qui me fait de plus en plus mal, j’ai l’impression d’avoir un caillou qui me rentre dans la peau à chaque foulée c’est moyen sympa ! Il va falloir que je règle ce petit problème, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive avec ces baskets.
Il reste un kilomètre mais quel kilomètre ! Une descente qui commence avec un panneau « attention descente dangereuse »… merci de nous prévenir^^
En effet il y a de la boue à gogo c’est ultra glissant et du coup on ne voit pas les trous, cailloux… je ne suis pas très sereine surtout la nuit même avec la frontale on ne voit pas grand-chose. Finalement on arrive à Sainte-Catherine sur nos deux jambes et c’est la fin de mon relais en 1h23.
Je laisse Benoît continuer sur son 3e relais de 22km et je téléphone à Clem, Eva et Seb pour les prévenir de mon arrivée.

Je suis contente mais un peu frustrée car je me sentais bien et continuer quelques kilomètres de plus n’aurait pas été de refus : )
Je rejoins les navettes pour rentrer sur Lyon parce que la voiture ne peut pas venir me chercher ici.
On discute un peu entre coureurs mais j’ai un coup de barre et je comate à moitié pendant tout le trajet.
J’arrive à 4h30, il fait chaud dans la Halle Tony Garnier mais je n’arrive pas à me réchauffer, je grelotte. Et manque de chance mes habits de rechange sont dans la voiture qui est à Soucieu-en-jarres avec Clem, Seb et Eva qui attendent l’arrivée de Benoit pour donner le dernier relais.
Je me pose pour les attendre et j’en profite pour regarder l’arrivée des premiers 72km, les mecs sont impressionnants à peine s’ils ont l’air fatigué !

sainté lyon 2016

Vers 5h30 Benoit termine son relais et part pour la dernière portion de 22km avec Eva.
Clem et Seb viennent me rejoindre à l’arrivée pour les attendre, ouf je commençais à piquer du nez !
Vers 7h30 ils nous préviennent par SMS que dans 2km ils arrivent, on file avec Clémence les attendre pour faire les derniers mètres de la course tous les 4.
On doit attendre à peine 5 minutes mais avec la fatigue et les températures négatives ça nous semble loooooooooong.
Ils arrivent, on va les rejoindre pour courir tous les 4 les derniers mètres et passer l’arche main dans la main.
C’est fini, cette première expérience de la SaintéLyon en relais se termine en 8h04 !

sainté lyon 2016

Nous sommes fatigués, on à froid, on a faim, on veut se mettre sous la couette, mais punaise qu’est-ce qu’on a aimé cette course !!
L’ambiance, le parcours, une équipe de choc, tout était parfait et je suis vraiment heureuse d’avoir pu participer à cette course pour la première fois cette année.
Courir de nuit j’adore ça donc je ne pouvais qu’être contente ! Et mon parcours était parfait, pas le temps de m’ennuyer, il fallait tout le temps être vigilent pour savoir où mettre les pieds. Courir dans le bois, en plein milieu de la nuit, à la lumière de centaine de frontales c’était trop cool !

Oui c’est une organisation au niveau logistique et ce n’est pas toujours simple d’attendre dans le froid mais on oublie vite car ça vaut le coup et une fois qu’on se met à courir c’est magique.
Je crois que nous étions tous les 4 d’accord, l’année prochaine on remet ça et pourquoi pas sous un autre format 😉

Alors merci à mes 3 co-équipiers pour cette belle aventure et à mon amoureux qui a assuré toute la nuit pour nous rendre cette course beaucoup plus simple !

Vous avez participé à la SaintéLyon ? Sur quelle distance ? Racontez-moi tout !

4 Replies to “Compte-rendu de course : ma première Sainté Lyon en relais à 4”

  1. Hello !

    Ton témoignage est vraiment super ! Vous avez vécu une super aventure ensemble et vraiment très atypique !!!

    Mon mari et un de ses amis ont fait ensemble les 72 km. Ils en gardent un très bon souvenir.

    A bientôt

    1. Merci Manuela!ton petit mot me fait très plaisir! C’était une super expérience c’est clair!
      Ca devait être top pour ton mari et son ami aussi, les coureurs qui font la course dans son intégralité je trouve ça génial! J’espère faire de meme un jour 🙂

  2. Hello!
    Pour ma part cette SaintéLyon m’a permis de courir mon premier semi.
    Il faisait (très) froid, il y a eu un « petit » problème de bouchons…
    Mais au final, je ne regrette pas l’ambiance très particulière de cette course…
    À refaire…

    1. Pour un premier semi tu as tapé dans le haut du panier ^^ bravo en tout cas ton prochain semi te semblera beaucoup plus simple!

Laisser un commentaire