Compte rendu des 10 km des Foulées de Villeurbanne

Les 10 km des Foulées de Villeurbanne, encore une course non prévue dans mon programme mais qui m’a réservé une belle surprise.
Au départ si je me suis inscrite à cette course c’était pour accompagner une amie sur ses premiers 10 km. Mais le manque d’entrainement et une petite forme le jour J ont repoussé cette première fois à un peu plus tard, pour être dans de meilleures conditions.
Comme j’avais mon dossard je me suis quand même décidée à la faire, en me disant que ça ferait office de sortie du dimanche !

village des foulées de villeurbanne

village santé des foulées de villeurbanne

Dimanche matin je me lève, je vais faire un tour sur mon balcon pour savoir comment m’habiller et je constate que le temps est assez moche : brume et température bien froide. On est loin du grand soleil et des 20 degrés de la veille !
J’avale ma barre crue, ma banane et en route pour Villeurbanne!
Lorsque j’arrive le semi-marathon est déjà bien entamé puisque les coureurs sont partis à 8h30 et le départ du 10 km est prévu pour 10h.

Départ des 10km des Foulées de Villeurbanne

Je me place sur la ligne de départ en prenant soin de rester à l’arrière car je sens que ça va être rapide vu le nombre de coureur avec un maillot de club d’athlétisme sur le dos.
10h tapante le départ est donné, ma montre est sous ma manche pour ne pas être tentée de la regarder toutes les 5 minutes et me démotiver !
Le parcours est composé de 2 boucles de 5 km dans les rues de Villeurbanne, en gros du bitume, des immeubles et c’est tout… Ah non on passe devant le Monoprix aussi j’oubliais ! Je me suis donc préparée une bonne playlist pour compenser ce manque de paysage.

Les premiers 5 km se passent sans trop de difficulté, le parcours est super plat donc pas de souci de rythme ou de relance. J’essaie de rester régulière même si je me trouve lourde dans mes foulées et pas aussi à l’aise que je voudrais. Le ravitaillement arrive mais je décide de ne pas m’arrêter, je ne ressens pas le besoin de manger, ni de boire comme il fait assez frais. Et puis de toute façon le temps que je réagisse j’étais déjà presque à la fin de la zone de ravito !
Le premier tour se termine par un passage dans une rue bien passante et donc avec du public qui nous donne un petit coup de boost pour entamer la deuxième boucle.

Fin du premier tour de 5km
A ce moment-là je n’ai aucune idée du temps que j’ai pu mettre sur la première moitié du parcours et je n’ose pas regarder car je me sens franchement pas dedans et je suis certaine d’être dans les choux au niveau du chrono !
Le 7e kilomètre me semble durer une éternité mais comme je ne vois pas de panneau indiquant le 8e kilomètre je me dis que c’est la monotonie du parcours qui me donne cette impression.
Mais je décide quand même de regarder ma montre pour m’en assurer et je me rends compte que j’ai déjà passé le 8e kilomètre depuis plus de 500 mètres, j’ai dû louper la pancarte… Et l’autre indication qui m’interpelle c’est que j’ai passé le 8e kilomètre en un peu moins de 39 min avec une moyenne de course à 4’50/km ce qui ne m’était encore jamais arrivé à ce stade d’un 10 km pour tout dire !
C’est à partir de ce moment-là que je retrouve de l’intérêt pour cette fin de course et un peu de motivation pour me bouger les fesses ! Et aussi de quoi vous mettre un peu de piment dans ce récit de course aussi plat que le tracé !
Il me reste 2 kilomètres à parcourir et si je tiens ce rythme non seulement je vais enfin passer la barre des 50’ mais je vais peut-être même réussir à faire un temps plutôt canon par rapport à mes objectifs !
Le 9e kilomètre est passé, pour le moment mon rythme ne bouge pas, je suis toujours dans les temps et même si cela devient difficile je m’accroche.

arrivée des foulées de villeurbanne

Plus que 500 mètres, mes jambes sont lourdes et autant être honnête je souffre quand même sur cette fin de parcours mais pas question de relâcher mes efforts si proche du but !
J’aperçois l’arche d’arrivée au bout de cette dernière ligne droite et je vois Seb sur ma droite qui m’encourage à fond et fait surtout une tête étonnée de me voir déjà à l’arrivée^^
Plus que 100 mètres, je réalise que non seulement je vais passer la barre des 50’ mais qu’en plus je vais boucler cette course sous les 49’.
Après la grimace sur les dernières foulées, je termine la course avec un grand sourire, parce que oui aujourd’hui je suis heureuse d’être allée au bout et d’avoir passé un cap qui me résistait depuis plusieurs courses. Je termine cette course en 48’25 à ma montre et en 48’51 au classement (ce qui correspond au décalage entre le top départ et mon passage sous l’arche).
Je récupère un petit sac en papier qui contient le ravitaillement de fin : petit LU, barre de céréales, compote et eau et je vais rejoindre Seb qui m’attend pour me faire un gros câlin de la victoire tout transpirant^^ avant de repartir chez nous.

post course

Je ne réalise pas encore très bien comment j’ai réussi à faire ce chrono, qui pour certain n’est pas grand-chose mais qui pour moi est un nouveau record bien au-delà de ce que j’espérais actuellement.
Je ne me suis toujours pas mise au fractionné et pourtant j’ai progressé juste en courant de façon régulière et en faisant pas mal de renforcement musculaire.
Maintenant il faudra que je me montre capable de faire mes prochains 10 km autour des 49’ (oui parce que 48’ ce ne sera pas non plus à chaque course pour le moment, faut pas déconner hein !) pour me confirmer que ce n’était pas juste un coup de chance et que je suis capable de réitérer ce chrono et de pouvoir avancer vers un autre objectif.

Moi qui ne voulait pas prendre le départ de cette course, je suis finalement contente du dénouement^^

Vous avez participé aux Foulées de Villeurbanne ? Sur le 5, le 10 ou le semi ? Et vous en avez pensé quoi ?

11 Commentaires

  1. Bravo et oui j’ai trouvé que cette course passait plutôt vite. Un très bon temps et j’imagine bien que tu vas continuer dans cette progression.

  2. Bravo pour ce nouveau record ! Comme quoi c’est quand on est pas focus sur le temps qu’on finit par battre son record !

    1. Merci! Oui en effet finalement moins de pression et plus de record lol

  3. Bravo Élise !!!
    Tu peu être fière de toi, récit très agréable à lire 😊
    Bisous ❤️

    1. Merci Amélie!
      J’adore lire tes articles alors je suis très contente que mon article se lise bien 😊
      Bisous

  4. Strong girl !!! 💗

    1. 🙂 on se voit bientôt pour avaler des km ensemble !

  5. Bon, pour être franc, Elise, je ne cours plus depuis bien longtemps et mon blog est plutôt orienté fitness, mais j’ai vraiment aimé ton article. C’est un peu comme si j’y étais et cela m’a rappelé quelques parcours de mon jeune âge (je courais alors 3 à 4 fois 11 km par semaine). Je ne suis pas encore mort mais la course n’est pas mon fort à cause d’une hernie discale.
    Je vais suivre ton blog, car il est né 3 jours avant le mien.
    Merci encore pour ton article et félicitation pour tes progrès et bonne continuation.

    1. Merci pour ton commentaire Stéphane 🙂
      Ah oui j’imagine que la hernie discale et course à pied ne font pas bon ménage :/
      Je suis contente si j’ai pu te faire vivre un peu la course à travers mon compte-rendu 🙂
      A bientôt! et je vais aller faire un tour chez toi alors, parce que le fitness j’aime ça aussi ^^

      1. Tu es la bienvenue alors. Tu as aimé un de mes tweets sur un t-shirt pour les filles sportives et c’est comme ça que j’ai découvert ton blog avec plaisir. Je ne suis pas contre un échange d’article si cela t’intéresse un jour 😉

  6. […] pas de médaille, juste un t-shirt trop grand et ça c’est honteux (*ironie*) Et pourtant chaque année je m’inscris parce que le parcours est ultra roulant et me permet de savoir où j’en suis […]

Laisser un commentaire