foulées de villeurbanne

Compte rendu de course : Les 10km des Foulées de Villeurbanne 2017

Les 10 km de Villeurbanne ce n’est pas la course de l’année, le parcours n’est pas mémorable, il n’y a même pas de médaille, juste un t-shirt trop grand et ça c’est honteux (*ironie*)
Et pourtant chaque année je m’inscris parce que le parcours est ultra roulant et me permet de savoir où j’en suis niveau chrono. Et aussi parce que beaucoup de copains runners sont sur la ligne de départ et c’est sympa!
Cette année je n’ai pas échappé à la tradition et je me suis inscrite avec l’envie de voir ce que je valais sur la distance avec de l’entrainement dans les jambes. Même si mon plan est axé semi je savais que j’avais certainement progressé !

Comme chaque matin de course, le petit rituel est le même : le réveil sonne (trop) tôt et je me lève vite sans réfléchir sinon je ne quitte jamais le lit. Mais comme je me lève trop vite ma tête tourne et je suis obligée de retourner un peu dans mon lit pour me lever plus doucement.
La deuxième tentative est la bonne, je file en cuisine déguster ma flapjack en regardant le temps qu’il fait.
Mouai c’est gris, pas top mais on fera avec ! Je saute dans mon short et mon t-shirt, je check toutes mes petites affaires et on part avec Seb.
La course se trouve à l’endroit où je bosse, trop bien je fais EXACTEMENT le même trajet de métro que le reste de la semaine ! Et je croise même des collègues sinon c’est pas marrant !
J’innove en squattant le mcdo pour faire le pipi d’avant course et éviter la longue file d’attente, en deux minutes c’est plié je peux aller m’échauffer!

foulées de villeurbanne

Seb qui ne court pas m’accompagne pour trottiner et comme d’habitude j’ai l’impression de ne pas être légitime à côté de tous ces athlètes de club en débardeur et mini short qui sont de vraies fusées!Je sais que j’ai besoin moi aussi de m’échauffer si je veux bien courir mais je sais pas, c’est comme ça !

Bref 9h arrive je me place sur la ligne de départ un peu à l’arrache, bien trop loin pour ne pas être gênée par la masse et je vais le regretter.
Le monsieur donne un coup de pistolet et c’est parti !
Comme prévu je passe mon premier kilomètre à faire du slalom entre les gens, je monte sur le trottoir, je passe à gauche, à droite, au milieu… c’est la foire !
Je regarde un peu ma montre, je vois que je vais trop vite par rapport à ce que je me suis fixé mais les jambes suivent alors je fais le pari de tenter le coup quitte à le payer sur la deuxième moitié.
Les 5 premiers kilomètres défilent assez rapidement, j’arrive à rester dans un groupe de coureur ce qui est mieux pour le moral et garder le rythme.
A mi-chemin je sais que Seb m’attend alors comme je ne veux pas lui mettre un vent je reste un peu attentive. Je le vois au loin, je lui fais un genre de mi-sourire, mi-grimace, parce que comme prévu je commence à payer la vitesse trop élevée du début.

foulées de villeurbanne

Je zappe le ravitaillement, pas envie de boire pour avoir mal au ventre. Jusqu’au 6e kilomètre j’arrive encore à tenir l’allure mais je sens que mes jambes commencent à faiblir.
Et là entre le 6e et 8e kilomètre c’est un peu la traversée du désert… je suis toute seule entre deux groupes donc pour le moral ce n’est pas terrible, j’ai les jambes hyper lourdes et la sensation de ne plus avancer comme je voudrais.
Le chrono n’est pas catastrophique mais la vitesse a bien baissé, ce qui me redonne un petit coup au moral.
A partir du 7e kilomètre je décide de retourner ma montre et de ne plus la regarder jusqu’au 9e. De toute façon c’est par parce qu’elle me dira «trop lent», que je vais pouvoir accélérer puisque je fais déjà mon maximum…donc autant éviter de focaliser dessus hein !

foulées de villeurbanne 2017

J’essaie de respirer plus profondément, de relâcher le haut de mon corps beaucoup trop tendu.
Je fais surtout ce que je peux en accélérant dés que mes jambes sont coopérantes. J’ai l’impression d’avoir deux morceaux de bois à la place des mollets, ce qui je vous l’accorde n’est pas très pratique pour courir.
Il est hors de question que je lâche sur cette course , si mes jambes ne veulent plus c’est ma tête qui prendra le relais!
Deux ridicules kilomètres voila ce qu’il me reste à parcourir. Je fais ma course en solo je n’ai trouvé personne à qui m’accrocher depuis tout à l’heure.
Le 9e kilomètre arrive enfin et les encouragements du public sur l’avenue me donnent un peu d’énergie.

500m et c’est terminé, je connais cette ligne droite par cœur, je sais qu’elle est longue mais que c’est maintenant ou jamais pour donner un dernier coup de boost.
Je n’ai plus grand chose sous le pied mais je serre les dents, je fixe le coureur devant moi et je me donne comme objectif de le doubler avant la ligne d’arrivée.
Seb est là, il me crie de rien lâcher, que c’est le fin.
Je reviens à mon allure rapide de début de course, j’ai envie de vomir, de m’arrêter mais je le double et passe cette foutue ligne en 46′ !
Le nouveau RP est là, je suis contente mais j’ai surtout envie de boire, de retrouver seb et m’écrouler sur un banc!
Un petit coup de téléphone au coach qui est satisfait du résultat mais qui est déjà fixé sur le prochain objectif ^^

foulées de villeurbanne 2017

Je ne sais pas si j’ai géré correctement ou pas cette course. Je suis partie un peu vite en même temps c’est 10km, il vaut mieux laisser le cerveau sur la ligne de départ et foncer!
Si je pouvais faire mieux ? Peut-être mais pas aujourd’hui. Quand je regarde ma tête sur les photos je pense que j’ai donné le maximum ^^
Avec de la fatigue en moins j’irai chercher les 45′!

To be continued!

foulées de villeurbanne 2017

Vous aimerez aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

A propos de moi ...

RedCrewLyon

Rejoins le RedCrewLyon, pour courir en groupe et dans la bonne humeur !
Prochaine rencontre…
Le mercredi 27 juillet à 19h30
RDV : Magasin Spode, 13 rue Tupin (Cordeliers)

Mon instagram

Suivez-moi